vendredi 7 novembre 2014

Le parfum au musée: notes sur l'exposition Nirvana du MUDAC à Lausanne




Pour envisager le parfum comme pratique artistique, inutile de réaliser des pirouettes théoriques. Un simple déplacement suffit : on le retire de son contexte commercial, c’est-à-dire d’une situation où le consommateur cherche un parfum à porter, pour le présenter dans un musée ou une galerie. Le parfum y devient une œuvre de facto, suite à une double métamorphose : celle du consommateur en « regardeur », et celle du parfum en forme esthétique à contempler.

C’est là précisément le déplacement réalisé lors de l’exposition « Nirvana, les étranges formes du plaisir » du MUDAC de Lausanne, dont le thème est l’influence de l’érotisme sur le design, l’art et la mode. Sur une initiative de Danaé Panchaud, amoureuse du parfum et membre de l’équipe du MUDAC, le commissaire d’exposition Marco Costantini a mis en place un cabinet de curiosités parfumées au sein de Nirvana. Les compositions sont présentées sur des mousselines noires calées dans des cloches de verre en forme de sein stylisé. Les flacons de ces parfums de niche occupent l’étagère du dessus, fermée. On ne peut pas les tester sur peau comme au magasin, ce qui contraint à ne pas les envisager sous l’angle « c’est pour moi ou pas ? », mais à les considérer sur le même pied que les autres œuvres exposées.

F*ck the Perfume, Walter von Beirendonck


Ce dispositif n’est pas forcément idéal : lorsqu’ils ont été conçus pour être portés, les parfums se déroulent dans le temps et occupent l’espace (sillage, volume). À ma connaissance, aucun curateur n’a encore trouvé le moyen de montrer les parfums « de peau » sous leur forme réelle (le problème majeur étant celui de la cacophonie olfactive). Certains parfums conservaient leur forme (Dans tes bras, Musc Tonkin), tandis que d’autres, par exemple Onda que Vero Kern elle-même n’a pas reconnu, passaient moins bien l’épreuve.

Néanmoins, le simple fait de recontextualiser le parfum au sein d’une exposition de design engage les visiteurs à le percevoir dans sa démarche artistique, en tant qu’objet n’ayant d’autre fonction que sa beauté – ou la façon dont, précisément, il remet en cause les notions acceptées de fonction et de beauté, à l’instar des fétiches enjoués de l’installation de Marks Woods.

Mark Woods, War Heart Fetish (Hung out to Dry), 2014 © Paul Tucker


Objets pouvant également susciter un plaisir sensuel en mobilisant un autre sens que la vue – comme les somptueux bijoux érotiques créés ou la vertigineuse « Origin Chair » créés par Betony Vernon – l’artiste encourageant activement les visiteurs à caresser cette sculpture en marbre de Carrare velouté comme une peau d’ange…

Betony Vernon, Origin Chair, ©Kristopher Arden-Houser pour Purple.fr


Le soir du vernissage, j’ai évidemment beaucoup traîné du côté du cabinet à parfums ; de même, Danaé Panchaud a épié les visiteurs après l’ouverture de l’exposition au grand public. Nos observations coïncident : ceux-ci demeurent assez longtemps dans le cabinet, heureux d’exercer leur odorat plutôt que leur regard. Ce dispositif permettant d’ailleurs de faire pivoter la façon dont les parfums nous regardent : non plus comme des logos olfactifs à afficher au quotidien, mais comme des créations. À l’instar de mes étudiants de marketing lorsque je leur présente un parfum historique qui contredit leur idée de ce que doit être un parfum (disons, Jicky ou le Cuir de Russie de Chanel), les premières réactions peuvent être « miam », « beurkh » ou « c’est un parfum, ça, madame ? ». Mais dans un second temps, parce que les jus sont présentés dans une exposition de design, les visiteurs sont amenés à les considérer comme des formes esthétiques plutôt que des marchandises.



L’exposition de parfums dans un contexte muséal soulève plusieurs problèmes, non seulement techniques (comment les montrer ?) mais pédagogiques. L’immense majorité du public en est au B-A-BA : il faut trouver le moyen d’expliquer la construction d’un parfum, son originalité, son langage spécifique (sans, par exemple, l’insérer de force dans un mouvement artistique historique), sans surcharger l’exposition de supports pédagogiques. L’initiative simple et low-tech de Marco Costantini et Danaé Panchaud démontre néanmoins que ces problèmes peuvent être partiellement contournés. C’est un premier pas.

Vous pouvez commander le catalogue de Nirvana, les étranges formes du plaisir, où figure mon essai sur le parfum du cuir, en cliquant ici ou ici.
 


3 commentaires:

  1. Je vois quelques parfums préférés - Cuir Ottoman, Dans Tes Bras, Cardinal, Onda. Moi aussi j'aurais bien aimé épier les réactions du public. Mais cette chaise en marbre, quelle merveille! Ça donne envie de s'asseoir dessus et la caresser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en effet, cette sculpture était d'une douceur hallucinante...

      Supprimer
  2. We are an online pharmacy for weight loss products. We provide individual counselling and motivate patients to reach their goal weight and transition to a healthier lifestyle. Our patients have lost almost 300 pounds!

    buy lomaira online

    buy contrave online

    buy adipex online

    buy saxenda online

    buy qsymia online


    RépondreSupprimer