lundi 2 septembre 2013

"Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères"... La Légende de Shalimar



Après son blockbuster La Petite Robe Noire, Guerlain – qui reste une maison surtout appréciée en France – vise un marché mondial avec la nouvelle campagne de Shalimar, réalisée par Bruno Aveillan (qui a signé la magnifique Odyssée de Cartier).

Pour la première fois, c’est La Légende de Shalimar – mythe fondateur du parfum – qui est mise en avant dans cette version réinventée des amours de Shah Jahan, empereur mogol du 17ème siècle, et de son épouse préférée, la Persane Mumtaz Mahal, dont l’histoire aurait été racontée à Jacques et Raymond Guerlain par un maharadjah séjournant à Paris.

C’est Natalia Vodianova, ambassadrice de la maison depuis 2008, qui incarne Mumtaz Mahal. Le rôle du Shah est dévolu au mannequin français Willy Cartier, qui doit sa beauté à ses ascendances bretonne, vietnamienne et sénégalaise… Un casting pas très ethniquement correct, soit. Mais il est vrai que le film, bien que tourné dans le nord de l’Inde, se situe plutôt dans les contrées de la fantasy défrichées par Le Seigneur des Anneaux et Game of Thrones – l’idylle entre une princesse blonde légèrement vêtue et un roi guerrier au regard de braise cerné de khôl ne sera pas sans rappeler celle de Khal Drogo et de Daenerys Targaryen aux aficionados de la série de HBO (ce qui n'a évidemment pas échappé à mes amis d'Au Parfum)...



 
… tandis que les amateurs d’histoire de l’art saisiront sans peine la référence à L’Ile des Morts d’Arnold Böcklin (réalisée en quatre versions par l’artiste entre 1880 et 1886). 



Lorsqu’Élisabeth de Feydeau et moi avons interrogé Bruno Aveillan là-dessus après la projection presse du film, ce dernier a volontiers reconnu la citation : c’est l’un de ses tableaux préférés. Élisabeth et moi venions justement de discuter du problème posé par cette référence à la mort dans un pub plutôt destinée, forcément, à faire rêver. Après tout, ce Taj Mahal qui surgit de Badi Lake dans le film est un mausolée. Plusieurs motifs, quand on y regarde de plus près, y font allusion : la gravité des amants, leurs regards d’adieu, le fait que Mumtaz Mahal parte seule sur sa barque à fond plat – dans plusieurs mythes et religions, le passage vers l’autre monde est représenté par la traversée d’un fleuve. Même les tons sourds et perlés du film – si éloignés de la palette éclatante qu’évoque l’Inde – semblent renvoyer à un monde intermédiaire, celui de l’aube ou du crépuscule…

Bruno Aveillan nous a confirmé que ces motifs étaient bel et bien présents dans son esprit lorsqu’il a conçu le film, même s’il n’a pas voulu qu’ils affleurent autrement que de façon subliminale. Mais la mort fait bien partie du patrimoine du parfum, fût-ce de façon inconsciente, puisque l’un de ses usages les plus antiques est l’embaumement. Et sans aller jusqu’au funèbre, le parfum est bien ce qui reste après le départ de celui ou celle qui le porte. C’est, enfin, une forme de beauté qui s’anéantit chaque fois qu’on en jouit, ce qui, au fond, en fait l’essence même de la jouissance…

Le parfum est une forme d’art éphémère : l’antithèse d’un monument. Peu de chefs d’œuvre ont survécu aux décennies. Shalimar, bien entendu, en fait partie – Taj Mahal olfactif dont la beauté, comme celle du monument, reste pertinente aujourd’hui. Sans doute doit-il cette pertinence au fait que, contrairement à certains classiques, il n’a jamais cessé à ce jour d’engendrer des descendants : non seulement la famille des orientaux, mais aussi tous les gourmands vanillés, en le maintenant dans notre culture olfactive, n’ont cessé de lui injecter une nouvelle vie.  

12 commentaires:

  1. bonjour Denyse,

    welcome back !
    Un bravo pour ce fil rouge que vous avez tiré de ce petit court métrage.
    Il lui donne un peu de relief !
    ce nouveau film accompagne-t-il une reformulation de Shalimar ?
    Désolée de ne pouvoir vous écouter ce soir, j'aurais vraiment aimé.
    Bonne rentrée,
    hélène

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Hélène, c'est bien d'être de retour ! Après la mort de Sandrine, j'avoue que je n'avais pas trop envie de continuer comme si de rien n'était, puis j'ai été engloutie par les deadlines d'avant les départs en vacances, puis je me suis dit que je m'offrirais bien le luxe d'un vrai break... que je n'ai pas eu, notamment parce que j'ai préparé cette fameuse conférence de ce soir! Depuis la semaine dernière on refuse du monde... la folie.

    Pour la reformulation, je ne crois pas.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai trouvé ça fort dommage de ne pas avoir glissé dans le film une référence aux jardins de Shalimar ! J'aime qu'un film publicitaire évoque visuellement les notes du parfums, mais comme vous l'avez dis, les couleurs gris-perle du fim de Bruno Aveillan évoque moins l'orient éclatant de Shalimar qu'un au delà céleste aux ton d'un après-la-pluie tristoune. Il est dommage aussi de n'avoir fait résidé la sensualité du parfum que dans les plans d'une mannequin dénudée... Pour moi le film ne correspond pas au parfum...

    RépondreSupprimer
  4. NfO, en vous lisant, je songeais que vous commentiez ce film un peu comme on parlerait de l'adaptation au cinéma d'un grand roman...

    RépondreSupprimer
  5. Ce court-métrage ne m'a pas fait rêver.
    L'idée de départ est déjà compliquée. L'exotisme contenu dans le nom de Shalimar est une invitation à la rêverie.
    Utiliser l'histoire et la légende au premier degré conduit à perdre en intensité.
    Et puis les gros sabots de la réclame sont là, joli décors trop éclairés, fille à poil, vue aérienne de reportage Géo.
    Quelle mystère reste-t-il s'il n'y a aucune part d'ombre, plus rien à explorer?

    La photographe est parfois très belle, mais sans rapport avec le parfum.
    Heureusement, on n'est pas non plus dans la catastrophe industrielles. L'égérie est très belle. Une impression de Guerlain "qui veut faire comme les autres", avec un budget mais sans propos.
    Je préfère les pub "opium" des années 80-90, ou les pub pour "Samsara". L'artificialité y est assumé, le message est renforcé, et en tant que spectateur j'arrive mieux à me lâcher.

    Et puis Shalimar, c'est pas plutôt le nom du jardin?
    Avec toutes ces "vieilles pierres" ça manque de trucs vivants dans le clip. De joie. De luxuriance. (Je rejoins involontairement ton propos)
    On ressent la solitude des 2 personnages. On voit 2 acteurs qui font semblant de s'aimer.

    RépondreSupprimer
  6. Ah, moi qui aime bien les vieilles pierres et les paysages un peu désolées, je dois dire que ça m'a fait voyager...

    RépondreSupprimer
  7. La femme qui met du MKK attend son prince moghol. ;)

    Pour moi, Jacques Guerlain a utiliser "Shalimar" comme on ferait références aux 1001 nuits. Pour le rêve, presque enfantin, et la poésie. Comme un dessin de livre pour enfants plein de couleurs.

    RépondreSupprimer
  8. Oui j'ai peut être involontairement penché vers la critique d'adaptation littéraire, exercice auquel je suis plus habituée... Je n'y aurais quant à moi pas songé et la finesse de votre observation me sidère !

    RépondreSupprimer
  9. Julien, à ce propos, si vous n'avez jamais lu la traduction des 1001 Nuits par le Dr. Mardrus (ami de Poiret), je vous les recommande... C'est fabuleux et nettement plus cru que les versions qui circulent habituellement.

    RépondreSupprimer
  10. NfO, ce phénomène m'a frappée lorsque j'ai suivi les discussions sur le film... traité, pour le coup, comme un vrai film plutôt que comme une pub.

    RépondreSupprimer

  11. Weight-loss medication can help you lose weight and keep it off. I'm a online business marketer & health and fitness adviser.People battling with over-weight here lies yuor solutoin

    buy lomaira online

    buy contrave online

    buy adipex online

    buy saxenda online

    buy qsymia online

    buy clenbuterol online

    buy adderall online


    RépondreSupprimer

  12. Weight-loss medication can help you lose weight and keep it off.A journey from FAT to FIT loss weight and gain muscles.
    buy lomaira online

    buy contrave online



    RépondreSupprimer