mercredi 14 septembre 2016

L'Ange Bleu et L'Heure Bleue

En faisant des recherches sur le cabaret sous la République de Weimar, je suis tombée sur une chanson tirée de la revue qui a fait de Marlene Dietrich une star. Le spectacle, qui se déroulait dans un décor de grand magasin, s’appelait  Es liegt in der Luft (« C’est dans l’air »). Succès fou à Berlin en 1928, la revue comprenait une ode à la kleptomanie et ce qui deviendrait l’hymne des lesbiennes allemandes, « Wenn die beste Freundin » (« Quand la meilleure amie »), chanté par Marlene et la star du spectacle, la serpentine diseuse française Margo Lion.


Ce n’est pas L’Ange Bleu mais Margo Lion, qui incarnerait par la suite Jenny la Pirate dans la version française de L’Opéra de Quat’Sous de Pabst, qui interprète ce petit bijou d’indolence railleuse intitulé « L’Heure Bleue »... où l’on retrouvera l’inspiration de la voix de Marlene.

Vous en trouverez les paroles ci-dessous, en allemand puis dans une traduction à la fois littérale et sans doute approximative (que les germanophones sont invités à corriger). J’adore cette visite de la salle de bain d’une Berlinoise des années 1920, et le fait que L’Heure Bleue ait été assez célèbre à l’époque pour mériter sa chanson.

Sans doute, quelque part, une marque de niche a-t-elle fait du cabaret son thème. Quoi qu’il en soit, on attend avec impatience le résultat de ce brief – un floral oriental aux notes de framboise, de cuir et de gaz d’échappement...



L’Ange Bleu portait-elle L’Heure Bleue ? J’ai trouvé sur Pinterest une photo, hélas sans source, de Marlene posant près de sa coiffeuse en 1935. L’un des flacons est indéniablement L’Heure Bleue ou Mitsouko. Je pencherais plutôt pour le second, Femmes en Dior de Laurence Benaïm mentionnant l’achat avenue Montaigne d’un autre chypre fruité, Diorama (merci à Yohan Cervi de me l’avoir signalé). Mais il est vrai qu’on attribue tant de sillage à l’interprète de Lola Lola...






L'Heure Bleue
paroles : Marcellus Schiffer
musique Mischa Spoliansky


Ich esse nicht, ich schlafe nicht 
ich tanze nicht
ich bade nicht, ich liebe nicht
ich lebe nicht ich schminke mich
Ich pflege mich, ich fette mich,
ich pudre mich,
ich creme mich, ich föhne mich,
ich dufte mich, ich rieche nur.
Ich rieche nur, ich mische nur, ich mixe nur
ich liebe es, ich trinke es, ich bade drin.
Nur ein Tröpfchen von L`heure bleue
und von Mille fleurs ein Hauch
mit Chevalier d`Orsay.
Dann noch etwas Himbeersaft
vermischt mit Juchtenduft
und etwas Autoluft.
Dann tüchtig schütteln
und noch einmal rütteln
und dann dreimal möglichst heiß aufkochen.
Dann wieder etwas von L`heure bleue,
damit erreicht man den Zweck
und gießt dann alles weg.
Und rieche ich, und dufte ich,
dann leg` ich mich und liege ich,
dann schlaf` ich nicht,
dann liege ich, dann träume ich.
Dann träume ich von Crepe Satin,
von Crepe georgette, von Crepe de chine,
Satin moiré, Velours chiffon, ich wühle drin!
Dann weckt man mich, massiert man mich,
frottiert man mich,
dann bade ich, mit Badextrakt mix ich mein Bad.
Nur ein Tröpfchen Pinofluol,
von Paraffin ein Hauch
mit Pixavon gemischt.
Dann noch etwas Himbeersaft
und mit Odol gemischt
ein Hauch von Chlorodont.
Dann tüchtig schütteln
und noch einmal rütteln
und dann dreimal möglichst heiß aufkochen.
Dann ein Tröpfchen Pyramidon,
damit erreicht man den Zweck
und gießt dann alles weg.
 
L'Heure Bleue (traduction française)
 
Je ne mange pas, je ne dors pas,
Je ne danse pas, je ne me baigne pas, je n’aime pas
Je ne vis pas, je me maquille
Je fais ma toilette, je m’hydrate
Je me poudre
Je me mets de la crème, je me sèche les cheveux
Je me parfume, je sens à peine
Je sens à peine, je ne fais que mixer, je ne fais que mélanger
J’adore, j’en bois, je m’y baigne

Rien qu’une goutte de L’Heure bleue
Et un soupçon de Mille Fleurs
Avec du Chevalier d’Orsay
Puis un peu de jus de framboise
Mélangé à l’odeur du cuir
Et un peu de gaz d’échappement.
Puis secouez bien
Et secouez encore
Puis portez à ébullition trois fois si possible
Puis rajoutez un peu d’Heure Bleue
C’est ainsi que vous arriverez à vos fins
Et puis jetez tout.

Et je sens bon, et je suis parfumée
Et je m’allonge, et m’allonge encore
Puis je ne dors pas
Puis allongée, je rêve
Puis je rêve de crêpe satin,
De crêpe Georgette, de crêpe de Chine
De satin moiré, de velours chiffon, je me roule dedans !

Puis on me réveille, on me masse, on me frotte
Puis je prends mon bain, je mélange mon huile de bain dans la baignoire
Avec juste une goutte de Pinofluol [sels de bain]
Un soupçon de paraffine
Mêlé à du Pixavon [shampooing]
Puis un peu de jus de framboise
Mêlé à de l’Odol [rince-bouche]
Un soupçon de Chlorodont [dentifrice]
Puis secouez bien
Et secouez encore
Et portez à ébullition trois fois si possible
Puis une goutte de Pyramidon [analgésique]
C’est ainsi que vous arriverez à vos fins
Et puis vous jetez tout.
 
 
 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire