lundi 21 juillet 2008

La chasse aux parfums vintage



J’ai failli annuler ce post, dépitée que tous les parfums LVMH aient été retirés d’eBay France suite à une décision de justice. Adieu, Djedi, Diorling, L’Interdit… À moins d’aller sur des sites étrangers (et d’angoisser en attendant la livraison !).

Autre problème, de plus en plus aigu : il est devenu très difficile de faire une bonne affaire. Non seulement on affronte la concurrence des collectionneurs de flacons – les Russes s’y sont mis, maintenant – mais en plus, comme tout perfumista qui se respecte est maintenant au courant des reformulations qui affectent les classiques, nous nous faisons concurrence entre nous. Les marques les plus prestigieuses – Guerlain, Chanel, Caron – sont évidemment celles dont les flacons s’envolent à prix d’or.

D’où mon premier conseil, si vous achetez sur eBay : à moins que vous ne soyez prêts à contracter un crédit revolving pour alimenter votre passion, fixez-vous un plafond et entrez-le sur eSnipe, qui placera votre enchère dans les 6 secondes avant la fin. Vous perdrez souvent, mais au moins, entre-temps, vous n’aurez pas fait monter les prix et vous ne serez pas obligés de rester scotchés devant l’ordinateur pour une enchère qui se termine à Portland Oregon à 4 heures du matin !

Imaginez-vous avoir payé $375 pour un flacon de L’Heure Bleue qui a viré… Parce qu’évidemment, pour le savoir, vous l’aurez ouvert. Si, déçu, vous voulez le revendre à un collectionneur, il aura perdu de sa valeur. Donc, DES LIMITES !

Avant de vous jeter sur une enchère alléchante, faites vos devoirs : certains parfums, best-sellers d’antan, sont assez courants et reparaîtront régulièrement. Sinon, avez-vous vraiment besoin de ce rarissime Poiret ? Non. C’est pour cela que Dieu (par l’entremise de Jean Kerléo) a créé l’Osmothèque.



Maintenant, la foire aux questions….

1/ Pourquoi acheter des parfums vintage ?
Comme je l’ai déjà précisé dans un post précédent, les formules changent pour diverses raisons : mesures d’économie, tarissement des ressources, changement de propriétaires de licence, ingrédients interdits par de nouvelles réglementations. Outre le plaisir de humer des époques révolues dans ces petites capsules temporelles, on peut apprécier la richesse apportée par des ingrédients disparus (un vieux N°5, c’est hallucinant de beauté), se cultiver sur l’histoire des parfums, rechercher une petite madeleine… Personnellement, j’aime sentir la formule au plus près de son moment de création pour appréhender plus pleinement les intentions de son créateur. Et, bien entendu, connaître certains mythes de la parfumerie, aujourd’hui disparus. Évidemment, plus ils sont rares, moins on a le cœur de les porter. Dilemme !

2/Comment savoir si le parfum a viré ?
La réponse : on ne sait pas. Sur la centaine de flacons de ma collection, pas plus d’une dizaine sont irrémédiablement abîmés. Une trentaine ont des notes de tête douteuses mais retombent sur leurs pieds au bout de quelques minutes sur la peau. La plupart sont en parfait état. Cela reste la roulette russe, mais on peut cependant mettre les chances de son côté en suivant ces conseils :




  • La lumière est le pire ennemie du parfum. Donc, privilégier ceux qui ont encore leur boîte. Petit bémol : il peut être très tentant d’acheter un parfum encore dans son papier d’emballage, sans voir le flacon. Je l’ai fait une fois, pour Rumeur de Lanvin : il s’était renversé dans la boîte des décennies auparavant…


  • Bien repérer, dans la description et les photos, si le parfum est encore scellé. La cordelette devrait être croisée sur le bouchon, et sur certaines photos, le baudruchage sera encore apparent. Contre-exemple : j’ai acheté un Jicky des années 30 qui avait été ouvert et utilisé. Il était impeccable.


  • Certains composants s’oxydent plus vite que d’autres : les hespéridés notamment (bergamote, petitgrain, citron), mais aussi la lavande et, souvent (mais pas toujours) les aldéhydes. Contre-exemple : j’ai un Chanel des années 30 en état parfait.


3/ Le contenu est évaporé malgré le sceau.
C’est la part des anges… Cela ne veut pas dire pour autant que le parfum soit abîmé, même s’il peut être plus sombre parce qu’il est plus concentré. Je me méfierais même d’un parfum vintage parfaitement plein : un vendeur peu scrupuleux, qui sévit régulièrement sur eBay US en changeant chaque fois de pseudo, a pour habitude d’acheter des flacons vides, de les remplir d’autre chose et de les sceller à la cire. Ce scandale a fait l’objet de nombreuses discussions sur Perfume of Life.

4/ La couleur est très sombre
A priori, ce n’est pas bon signe. Mais tous les parfums contenant du jasmin ou de la fleur d’oranger ont tendance à virer à l’orange, de plus en plus foncé, même lorsqu’ils sont relativement neufs, sans que cela n’affecte l’odeur. Évidemment, s’il ne reste plus qu’un fond couleur goudron, mieux vaut ne pas trop dépenser. On peut parfois ressusciter un fond de parfum avec de l’alcool de parfumerie, mais ce dernier est presque impossible à acheter et je n’ai jamais essayé de le faire. Les Américaines utilisent de l’alcool Everclear.

5/ Le liquide est trouble.
Alors là, non. Cela veut dire qu’il a été ouvert et utilisé, ou que le baudruchage s’est désagrégé à l’intérieur de la bouteille.

6/ Comment dater un flacon ?
Soit vous avez des livres destinés aux collectionneurs de flacons, auquel cas vous disposez de références, soit vous consultez, comme moi, des sites de pubs de parfums comme OKADI. En repérant le style des flacons sur les pubs, vous pouvez savoir à quel moment, à peu près, ils étaient en vente. Vous pouvez aussi faire des recherches sur le blog 1000fragrances : son auteur, Octavian, est historien des parfums. Il dégote souvent des trésors. Autres sites à consulter : Perfume Project, qui recèle énormément d’infos historiques, ainsi que la base de données Perfume Intelligence. Dernier recours : le forum Perfume of Life, où plusieurs passionné(e)s sont toujours disposé(e)s à partager leurs connaissances.
Sachez cependant que si la boîte ou l’étiquette indique « parfum », il y a de fortes chances pour qu’il ait été produit après la Deuxième Guerre Mondiale, car auparavant, c’était en général la seule concentration existante (d’où l’inutilité de le signaler).

7/ Y a-t-il des maisons qui vieillissent mieux que d’autres ?
De l’avis général, les plus grands, Chanel, Guerlain et Caron, résistent mieux au temps.

8/ Le flacon indique « eau de Cologne », est-ce quand même intéressant ?
Avant la Deuxième Guerre Mondiale, les eaux de Cologne des grands parfums n’étaient, en effet, que de l’eau de Cologne à laquelle on avait ajouté quelques ingrédients qui rappelaient le parfum. Mais à partir des années 50 et jusque dans les années 60/70, les eaux de Cologne sont assez fidèles au parfum et d’une surprenante ténacité. La mention « parfum de toilette » indique une plus forte concentration, entre l’eau de parfum et l’eau de toilette d’aujourd’hui. Chaque maison avait sa propre politique en la matière.

Dernier petit conseil : De manière générale, pour éviter la concurrence des collectionneurs de flacons, privilégiez les flacons les plus simples – les marques en commercialisaient souvent deux types.

Enfin, il faut se faire une philosophie : ces merveilles du passé se tariront peu à peu. Vous finirez votre flacon. Préservez-en quelques millilitres dans une bouteille bien fermée, la plus remplie possible pour minimiser le contact avec l’air : vous aurez, à défaut d’un parfum à porter, une mini-Osmothèque à humer pour les souvenirs…

Lien à consulter sur le sujet (en anglais) : Now Smell This et Perfume Posse.



Image: Heinrich Schliemann à Troie, courtesy Wikimedia.



21 commentaires:

  1. Vous êtes une mine d'informations. En fait, c'est à cause de vous que je commence à m'interresser aux Vintages ;)J'ai regardé comme ça vite fait sur ebay, mais quand on n'y connais rien, on est un peu perdue, donc merci pour tous ces renseignements, ça ne veut pas dire que je vais forcément acheter, et je n'aime pas mettre une fortune dans les parfums, j'ai d'autres priorités mais un petit plaisir de temps en temps :)
    Donc par votre faute, j'ai osé, j'ai gagné un Vintage de My Sin en extrait, que je voulais retrouver, il ne m'a pas couté cher, on verra bien, à la lueur de vos conseils, je serais plus prudente.
    J'ai mis dans mes futurs projets d'aller un jour à l'osmothèque.
    Je me demande bien quels sont les parfums qui sont réellement Vintages dans ma collection, il faut absolumment que je les recense ...

    RépondreSupprimer
  2. Véro, je dirais que le vintage va jusqu'aux années 70/80 en général (comme pour les vêtements). Les parfums disparus le sont par définition. Commencer par les parfums qu'on a connus et aimés est la meilleure façon de procéder: ainsi, on est à même de reconnaître leur état. My Sin n'est pas très rare, heureusement!

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement une veritable mine d 'informations ce topic! La grande majorite de mes vintages sont sublimes, je ne suis tombee que sur trois parfums qui ont vire et que j 'ai pu retourner aux vendeurs. Par contre j 'ai souvent fait confiance aux flacons dans leur emballage d 'origine, jamais rencontre de problemes pour le moment mais c 'est vrai qu 'il existe un risque. Avec les cotes qui atteignent des sommets, priorite absolue aux parfums que j 'aime le plus, je ne regarde meme plus les encheres de certains Guerlain comme Apres l 'Ondee, impossible de trouver un flacon de l 'extrait a moins de $450.00
    J 'ai meme remporte quelques flacons ouverts ou il ne restait qu 'un fond a tres petit prix, a ma grande surprise ils etaient parfaits et ca me permet d 'appronfondir ma culture autour du parfum sans me ruiner.
    LVMH ont essaye de faire fermer les perfume discount stores et des sites comme 1stperfume.com et The Perfume Court, pour l 'instant sans succes, je ne pense pas que la decision protectioniste de la Justice francaise contre ebay aura des consequences sur ebay.com, pour ce qui est de ebay.fr c 'est finit apparament mais de toutes facons pour nous les americains les prix en euro ca ne vaut pas le coup et souvent il n 'y a pas grand-chose, des miniatures c 'est tout.

    emmanuella

    RépondreSupprimer
  4. EBay US est effectivement une source beaucoup plus riche, ne serait-ce que parce qu'il dessert un bassin de population plus important et parce que l'e-commerce est plus entré dans les moeurs. C'est là que j'ai fait la plupart de mes achats. Cela dit, comme tu le soulignes aussi, les prix ont explosé sur les parfums les plus prestigieux, la plupart deviennent inabordables. C'est pourquoi j'ai ralenti le rythme de mes acquisitions. Mais certains parfums comme My Sin sont encore tout à fait trouvables pour pas cher, et géniaux.

    RépondreSupprimer
  5. Denyse, j'adore votre blog, probablement le meilleur de la blogosphère parfumée française.

    Mais je suis désolé, dire "j’ai un Chanel des années 30 en état parfait" est une hérésie et un mensonge, sauf si vous l'avez senti dans les années 30.

    Je conçois que les parfums vintage soit un goût, que leur recherche soit excitante, que leur "patine" puisse séduire, mais un parfum n'est pas conçu pour être utilisé 60 ans plus tard!

    Certains aficionados de parfums vintage assimilent leurs jus à des vins. C'est une vision totalement romancée de ce qu'est la parfumerie!

    Même si un parfum ancien est portable et qu'il "sent bon", il y a fort à parier que les notes de tête soient sérieusement altérées, et que par exemple une seule note de fond ait phagocyté les autres.

    Quoi qu'il en soit, le résultat est très différent de la vision de son créateur.

    Si on se réfère à votre collection, près de 50 % ont été modifiés par le temps. Je pense que la proportion est sensiblement plus importante, soit 1 chance sur 2 de tomber sur un jus qui a viré...

    Les vintages devraient rester du domaine de la recherche et des collectionneurs les plus avertis. Les amateurs qui pensent retrouver de cette façon la seule et unique "belle parfumerie" n'en ont en réalité qu'une vision déformée par le temps...

    Une vision parfois sublimée, souvent altérée, toujours changée.

    RépondreSupprimer
  6. Juste pour dire tout de meme que celui qui s 'impose tres serieusement comme Le "Critique" de Parfum est un novice de la premiere heure avec a peine deux ou trois ans d 'experience dans ce milieu, il postait il y a encore peu de temps sous le pseudo de Julien et Boydu75. Il envoit des messages prives a certaines personnes de Beaute-Test en racontant que jamais il ne porterait un parfum qui ne respecte pas les regles de resctrictions europeennes d 'allergenes en parfumerie. Pour lui des personnes commme Octavian Coifan, Bois de Jasmin, Luca Turin etc sont tous des cretins...parce que lui a tout compris bien sur. Enfin il ne connait pratiquement aucun parfum classique, ses senteurs preferees sont les parfums Clean, Pink Sugar et Vanille Cannelle de CSP. Quelle tristesse d 'etre aussi borne, non?


    emmanuella

    RépondreSupprimer
  7. Oui c'est vrai, c'est excitant de se mettre à la chasse d'anciens parfums :)de découvrir des jus proches de leurs créations tout en sachant qu'il y a eu forcément une évolution, une patine.
    Ce blog vient de m'en donner le virus ;), étant dans la collection d'odeurs depuis plus de 15 ans, à l'affut des nouveautés ,je suis bien souvent déçue de la parfumerie actuelle, bien qu'il y ait quelques bonnes surprises.
    A l'époque je commandais un peu au hasard et même des parfums comme la Fuite des heures ou Nombre noir, sans savoir qu'ils avaient disparu. On dirait qu'à cette époque que les gens n'étaient pas à la recherche de ces dit vintages, car à chaque fois, je les ai eu pour 3 fois rien mais j'étais curieuse.
    Donc je serais prudente désormais:
    - acheter si possible le parfum scellé, et dans sa boite
    - se fixer un prix raisonnable
    un ami parfumeur ayant pas mal de vintage dans sa collection (il m'avait fait une séance de test sur ces parfums il y a quelques années) m'a dit que les extraits étaient ce qui se conservaient le mieux.
    Pourtant, j'avais acheté au petit bonheur la chance, une edt de French Cancan de Caron datée de 1952 scellée, et quand je l'ai ouvert avec appréhension, elle était magnifique, alors je pense qu'il faut aussi peut être faire confiance à son intuition de temps en temps?
    Donc encore merci Carmen et Emmanuella pour vos conseils avisés.
    Quant au reste ,j'aime le blog du Critique de parfum, très sympathique, et il faut de tout pour faire un monde, n'est ce pas, Internet est vaste et chacun y a sa place ;)

    RépondreSupprimer
  8. Cher Critique de Parfum,
    L'état de mon Chanel N°5 a été certifié par Jacques Polge et Christopher Sheldrake, auxquels je l'ai fait sentir. L'Iris Gris a été comparé, par Octavian Coifan, formé à l'ISIPCA,à la reconstitution de l'Osmothèque, démarche que j'ai également faite.
    Jacques Polge considère que de nombreux parfums peuvent survivre, dans de bonnes conditions, dans leur état original. Jean Kerléo aussi. Je pense qu'on ne peut pas rêver de meilleurs experts.
    Certes, les phénomènes que vous mentionnez se produisent, et fréquemment. Et en effet, se lancer tête la première dans une collection de vintage expose à des déconvenues. C'est pourquoi, d'ailleurs, je conseille de ne pas y consacrer de trop fortes sommes.
    Mon amour du vintage ne m'empêche pas de découvrir et d'adorer des compositions contemporaines, comme tous mes posts en attestent. C'est d'ailleurs plutôt sur eux que je mise dans l'avenir, puisqu'un jour, les sources de parfums anciens s'épuiseront.

    RépondreSupprimer
  9. Chère Emmanuella, je ne connais pas Le Critique de Parfum, mais si c'est Julien, je sais qu'il a longtemps fréquenté Bois de Jasmin et, me semble-t-il, le blog de Luca Turin. Deux pionniers du genre, qui nous ont beaucoup appris à tous et toutes qui écrivons aujourd'hui sur le parfum. Donc, je ne crois pas qu'il les sous-estime en aucune façon!

    RépondreSupprimer
  10. Chère Véro, j'ai pas mal d'eaux de toilette et d'eaux de cologne qui se sont bien conservées. Comme leur présentation est plus simple, elles sont souvent moins chères. Mais vous avez raison, le temps où l'on pouvait se procurer des vintages pour trois fois rien est bien révolu, grâce, en partie, à des blogs comme celui-ci! (Soupir...)

    RépondreSupprimer
  11. Carmencanada, je suis bien heureuse de savoir que les plus grands experts comme Jacques Polge, Christopher Sheldrake, Octavian Coifan et Jean Kerleo estiment qu 'un parfum peut etre preserve dans des conditions proches de son etat original, c 'est une tres bonne nouvelle!

    Vous savez moi je suis emportee par la passion du parfum avec un vecu de plus de vingt ans derriere moi mais je ne suis pas une experte.
    Je ne sais pas a quel point Julien ou Boydu75 sous-estime ou non Bois de Jasmin et Luca Turin, ses anciens posts sont loin d 'etre memorables, entre un niveau d 'anglais et une culture parfum qui laissent a desirer... Quitte a etre politique incorrecte, oui il se surestime et je n 'ai pas peur d 'exposer sa mediocrite, son etroitesse d 'esprit, son approche pretentieuse "Critique de Parfum" donneur de lecons et son caractere peigne-cul. Je sais bien qu 'il faut de tout pour faire un monde, j 'en suis la preuve vivante mais l 'occurence cette personne m 'exaspere. Quand on s 'expose publiquement avec un blog de critiques, faut pas avoir peur du retour de baton, c 'est logique sinon ce serait trop facile.

    emmanuella

    RépondreSupprimer
  12. Emmanuella... j'ai cru remarquer! ;-)
    Mais même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec le Critique de Parfum sur la question de la préservation des parfums anciens, pour les raisons énoncées ci-dessus, il n'en est pas moins le bienvenu ici. Parfois, les opinions contraires peuvent pousser à mieux développer ses arguments. Ou en l'occurrence, puisque je n'ai pas de formation en parfumerie, de recourir à l'argument d'autorité, en la personne de messieurs Polge, Kerléo et Coifan!

    RépondreSupprimer
  13. Carmencanada, au fait on trouve-t-on des fioles a decants online? J 'ai regarde pour proteger mes vintages mais je ne vois que des sprays...Je pense aussi que je vais m 'acheter une cave a vins refrigeree pour mes parfums, avant je faisais tourner la climatisation a fond dans toutes les pieces meme quand je partais toute la journee (je porte des pulls chez moi quand il fait 95 degres dehors LOL) mais maintenant plus personne fait ca, le train de vie pour la majorite des americains est en train d 'en prendre un sacre coup.

    emmanuella

    RépondreSupprimer
  14. E., mon fournisseur, qui m'a été indiqué par Vero Kern et Andy Tauer, est un fabriquant viennois, Oskar Karla, http://www.oskar-karla.at. Il accepte de vendre, sur devis, de petites quantités (moins de 500). Mais ce n'est pas aussi simple qu'un clic de Paypal, le réglement se fait par transfert bancaire.
    Mais je suppose que ce n'est intéressant que quand on est en Europe. Je sais qu'il y a un fournisseur de matériaux de decants sur eBay. Now Smell This a fait des articles là-dessus et il y a eu des threads sur POL.

    RépondreSupprimer
  15. Merci carmencanada, je vais aller voir ce que je trouve alors dans les topics de blogs anglo-americains (POL j 'y vais plus). Effectivement je recherche un reglement Paypal, le transfert bancaire en europe c 'est complique et avec l 'euro peu avantageux.

    emmanuella

    RépondreSupprimer
  16. Le site de Marlen Harrison, The Perfume Critic a une série en trois parties sur les "decants" où il propose plusieurs sources américaines.

    RépondreSupprimer
  17. Je n'ai absolument aucune compétence dûment authentifiée... cependant ma modeste expérience m'indique que les parfums vieillissent même si conservés soigneusement.
    Un exemple : Habit rouge vire "au patchouli" au bout de quelques années enfin le patchouli vire et devient plus présent.
    A chaque fois que j'entamais un nouveau flacon de Vol de nuit (Edt en vapo métal noir) je le trouvais différent i.E. plus fondu plus suave. Il me semble que les parfums perdent avec le temps de leur relief et de leur mordant ce que l'on peut apprécier certes mais de là à dire qu'un parfum vieux de 50 ans est tel qu'il a été créé... je suis sceptique...

    RépondreSupprimer
  18. Thierry, il est vrai que les parfums deviennent souvent plus "fondus" en vieillissant, et qu'il est presque impossible d'affirmer, à moins d'être un "nez" et d'avoir une mémoire olfactive bien entraînée, qu'un parfum est identique à ce qu'il était lors de sa création. Cela dépend des ingrédients et des conditions de conservation. Mais j'ai souvent eu d'heureuses surprises, et un titre de comparaison avec les jus de l'Osmothèque, qui, eux, sont frais...
    Cela reste, hélas, de la roulette russe!

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  20. Je viens m'ajouter à la longue liste d'amoureux de parfums perdus (vintage). Je suis une adepte de L'Heure Bleue et la mise en conformité de début 2010 est un véritable désespoir.
    Chercher des vintages devient pour moi une obsession. Et je crois que les vintages vont rapidement devenir ceux de 2000.
    J'ai appelé le service clientèle de Guerlain qui m'a confirmé que juste quelques désespérées comme moi avaient appelé. L'olfaction se meurt....

    RépondreSupprimer
  21. Delphine, j'ai traversé cette obsession du vintage il y a trois ou quatre ans... J'ai arrêté pour trois raisons: 1/ Ça fait très mal au portefeuille, 2/ C'est trop triste, 3/ Je n'ai plus accès aux enchères étrangères sur eBay, merci LVMH.
    J'en suis au stade où je me dis que quand je tombe amoureuse d'un parfum, il faudrait que j'achète tout de suite un flacon de secours pour le mettre au frigo parce que la formule est susceptible de changer très vite. Pas seulement à cause de l'IFRA, mais aussi, comme Octavian Coifan l'explique dans son post du 13 janvier 2012, parce que les marques ajustent le tir en fonction des réactions du marché! Le vintage, ça commence l'an dernier.

    RépondreSupprimer