lundi 14 avril 2014

A Petition to Defend Perfume




Last February, perfume aficionados went into overdrive as the European Commission opened its public consultation on upcoming fragrance allergens regulations. As I reported (click here to read the post), the situation is less dire than we could have feared, since what is basically proposed concerns labeling rather than a slew of bans and restrictions that would kill off the art of perfumery altogether.

Among niche perfume brand owners, opinions are divided. Some consider that this amendment is just a prelude to actual restrictions or bans and are gearing up for a fight. Others consider that the issue is not Europe (or IFRA), but the big companies that fiercely oppose labeling allergens, since this would compel them to admit even their allergen-free cosmetics contain them.

Meanwhile, the perfume community has not been inactive. I would like to salute the huge task accomplished by members of the Parfumo.net discussion board, who stopped tearing their hair out, rolled up their sleeves and produced a well-considered, comprehensive document that has been sent to the European Commission within the framework of the public consultation.

Parfumo.net has summed up its main arguments in a petition which you can consult and sign by clicking here.

Illustration: The Abduction of Europa by Gustave Moreau.

Une pétition pour défendre le parfum



En février dernier, une vague de panique a déferlé sur le petit monde des amoureux du parfum lorsque la Commission Européenne a annoncé l’ouverture d’une consultation publique sur l’amendement de la Directive Cosmétique portant sur les allergènes. Comme je l’ai déjà expliqué (cliquez ici), la situation n’est pas apocalyptique qu’on aurait pu le craindre : l’amendement porte sur l’étiquetage et non sur une série de restrictions ou d’interdictions qui anéantiraient l’art du parfum.

 Parmi les propriétaires de marques de niche, les avis sont partagés. Certains considèrent que cet amendement n’est qu’une première salve d’avertissement précédant des restrictions à venir. D’autres considèrent que ce ne sont ni l’Europe, ni l’IFRA qui posent le pire risque : ce sont plutôt les géants de la cosmétique, férocement opposés à l’extension de la liste d’allergènes à étiqueter (puisque cela les contraindrait à admettre que même leur produits hypo-allergènes contiennent… des allergènes.).

Entretemps, la communauté des aficionados n’est pas restée inactive. Notamment les membres du forum allemand Parfumo.net: plutôt que de s’arracher les cheveux, ils se sont retroussé les manches pour produire un document très bien rédigé, pondéré et argumenté, qui vient d’être versé au dossier de la consultation publique. Ils y soulignent notamment l’importance culturelle du parfum, et son rôle dans l’identité européenne.

Parfumo.net résume ses arguments dans une pétition que vous pouvez signer en cliquant ici.

Pour l’instant, elle est en anglais : une traduction française est en cours de finalisation. Lorsqu’elle sera prête, je remettrai un lien.

Illustration: L'Enlèvement d'Europe par Noël-Nicolas Coypel.

samedi 12 avril 2014

Mon Top Ten des Parfums de Printemps


Chaque saison, je me joins aux blogs anglophones Bois deJasmin, Now Smell This, Perfume Posse et The Non-Blonde pour proposer un Top 10. Plutôt axé, dans mon cas, sur les nouveautés puisque c’est surtout ça qui me passe sous le nez. Dont acte : que cent fleurs s’épanouissent sur vos peaux !

Mito Voile d’Extrait de Vero Profumo
L’an dernier, Vero Kern remportait le Prix de la Virtuosité d’Olfactorama pour la version eau de parfum. Cette année, elle doublait Black  de Comme des Garçons (Prix des Experts des Fifi Awards 2014) et Shanghai Lily de Tom Ford pour le Prix de l’Enthousiasme – mot qui, en grec ancien, signifie « possession par un dieu ». Dans cette version, Mito plante une tubéreuse turgescente au cœur de son jardin italien éclairé de citronnelle.  Et on éclate d’un rire panique (au sens du dieu Pan, pour rester dans la note)…

Rozy Eau de Parfum de Vero Profumo
Récemment présenté à Milan en deux versions, le Voile d’Extrait et l’Eau de Parfum. Deux miels de roses, le premier saturé d’effluves verts-camphrés, le second plus printanier poudré épicé avec son cœur jacinthe-lilas. Hantés l’un comme l’autre par le spectre d’Onda, en moins hardcore. On s’en lécherait le bras.

Shanghai Lily de Tom Ford Private Blend
Belle d’Opium, ça aurait pu être ça. Composé par Shyamala Maisondieu, terminé par Rodrigo Flores-Roux, ce bouquet de lys avec des clous de girofle en guise d’étamines, arrosé d’un pschitt sternutatoire de spray au poivre, affiche l’arrogance queen-bitch d’une Marlene Dietrich.

 Oeillet Bengale d’Aedes de Venustas
Le troisième parfum d’Aedes, « fleur enflammée » signée Rodrigo Flores-Roux, vient tout juste d’être présenté à la presse à New York. Si vous regrettez l’Oeillet Sauvage de L’Artisan et déplorez que le Poivre de Caron ait perdu la route des épices, mettez le nez dans cet œillet. Mais avec précaution : c’est explosif.

Wisteria Hysteria de Comme des Garçons
Pour ce deuxième partenariat avec le chapelier Stephen Jones, CdG passe de la violette à la glycine – plante hystérique s’il en est, puisque son étreinte peut étouffer. Après la fleur-de-scotch du « flacon-rebut » qui déringardisait le lilas, Wisteria Hysteria s’intéresse à une autre fleur quasiment absente des rayons. Cette glycine mutante pousse le long d’un mur d’acier : j’y reviendrai.

Imperial Tea By Kilian
L’an dernier, Jean-Claude Ellena en faisait la démonstration avec le magistral Eau de Narcisse Bleu (Prix Olfactorama 2014 du meilleur masculin) : le tannique propose une nouvelle écriture de la fraîcheur. Le thé au jasmin hyperréaliste créé par Calice Becker pour elle-même, désormais édité par By Kilian dans la collection Asian Tales, en offre une nouvelle déclinaison. Pour préserver la justesse de l’odeur, il lui a fallu transiger sur la tenue : Imperial Tea se porte comme une eau fraîche. Cela n’en reste pas moins un vrai parfum, où la vapeur de jasmin adoucit l’amertume tannique fumée du thé.

Terre d’Hermès Eau très fraîche
 Je viens tout juste d’en parler : inutile, donc, de me répéter, sinon pour dire que cette éclaboussure d’agrumes et d’iode sur le fond boisé silex de Terre me fait chaque fois sourire.

La Panthère de Cartier
Voilà ce que le mainstream peut être lorsque les décideurs des grandes marques se rappellent qu’il existe un public qui ne veut sentir ni le sirop Teisseire, ni l’adoucissant textile. J’ai déjà dit ici tout le bienque j’en pensais.

Un Matin d’Orage d’Annick Goutal
Dans l’eau de toilette lancée en 2009, Isabelle Doyen et Camille Goutal cueillaient leur gardénia dans un jardin japonais juste avant l’orage, pétales humides frémissants sous le crépitement de l’ozone. L’eau de parfum reprend l’histoire après la pluie : plus tubéreuse, plus vanille, plus arrondi.

Eau de Magnolia par Frédéric Malle
Encore une fois, cette nouveauté vient tout juste d’être présentée à la presse. Fleur casse-gueule s’il en est, puisque son odeur de savonnette au citron n’a que peu d’aspérités, le magnolia passé à la moulinette du headspace est verticalisé par Carlos Benaïm pour parvenir à une structure chyprée. J’y reviendrai fissa.
N.B. Eau de Magnolia sera disponible à la mi-juin.