dimanche 12 juillet 2009

Iris Gris, c'est fini




Il y a environ un an, les Parfums Panouge m’ont appelée pour sentir l’Iris Gris au sujet duquel j’avais blogué pour The Perfume Shrine. J’étais facile à retrouver : je suis dans l’annuaire, et j’avais précisé que j’avais trouvé mon flacon dans une brocante parisienne.

Les Parfums Panouge venaient de racheter la licence des parfums Jacques Fath et ils envisageaient de ressortir Iris Gris. On n’aurait pas pu m’annoncer meilleure nouvelle, puisqu’il s’agit d’un des plus beaux parfums de l’histoire.

J’en ai tout de suite informé Luca Turin, qui m’a répondu que c’était jouable, puisqu’on trouvait désormais du beurre d’iris meilleur marché (je suppose qu’il parlait de celui de Biolande, qui met beaucoup moins de temps à « mûrir » que le beurre d’iris traditionnel). J’en ai aussi parlé à Jacques Polge, qui était plus sceptique.

En fin de compte, je n’ai jamais été chez Panouge avec mon flacon : j’ai dû annuler notre rendez-vous à cause d’un déplacement professionnel impromptu, et ils ne m’ont jamais rappelée.

Et Jacques Polge avait raison. Le blog The Scented Salamander vient de publier un très long post sur le « nouvel » Iris Gris, qu’on peut résumer ainsi : il n’y aura pas de nouvel Iris Gris.

Tout d’abord, parce que la formule « modernisée » ne correspond en rien à l’original. Pas de pêche. Alors que la pêche est justement ce qui caractérise le parfum. De la bergamote, de la glycine, du poivre rose, tant qu’on veut, mais pas une lichette – du moins dans les notes publiées – d’aldéhyde C-14, alias undécalactone, alias lactone pêche, alias Persicol. Celui qu’on trouve dans Mitsouko. Pourquoi s’est-on imaginé chez Panouge qu’en éliminant la pêche on moderniserait l'Iris Gris de Vincent Roubert? La logique de ce raisonnement m’échappe. Rien n’est plus moderne qu’Iris Gris. D’ailleurs, s’il sortait dans la collection Hermessence, on crierait au génie.

Justement, à propos… D’après l’entretien donné par Fabrice Biré des Parfums Panouge à The Scented Salamander, le nom d’Iris Gris a été déposé par Hermès. Non pas il y a peu de temps, comme il le déclare, mais il y a plusieurs décennies, selon Octavian Coifan de 1000fragrances. C’est curieux, que personne, chez Panouge, n’ait songé à s’en assurer avant d’acheter la licence Jacques Fath. L'histoire serait d'ailleurs assez intéressante à débrouiller...

De sorte que Panouge n’avait ni le nom, ni la formule (puisqu’ils recherchaient des détenteurs de l’original) du joyau de la couronne de la marque qu’ils avaient racheté.

La raison donnée pour ne pas relancer Iris Gris dans sa formule originale, ou du moins dans une formule aussi proche que possible de l’original, est son prix. Je suis certaine, pourtant, qu’il se trouverait assez d’amateurs pour payer un flacon une petite fortune, non seulement à cause de sa réputation légendaire, mais aussi parce que c’est un parfum d’une beauté insensée – à côté de ça, la plupart des créations vendues à prix d’or pâlissent.

Je ne vois pas Jean-Claude Ellena se contenter de copier Iris Gris. Autrement dit, sur ce coup-là, on est baisés. Il n’y a plus qu’à s’enduire d’une lotion parfumée à la pêche et à se vaporiser d’Iris Silver Mist, comme me le conseille Octavian. Ou alors, à se procurer du Persicol et à le mélanger goutte à goutte à Iris Silver Mist, comme le suggère Tania Sanchez, jusqu’à obtenir un duplicata.

Cela ne préjuge pas de la beauté du nouvel Irissime composé par Marie Salamagne, qui sera lancé sous peu par les nouveaux propriétaires de Jacques Fath. Si ça se trouve, il est magnifique.

Mais ce ne sera pas Iris Gris. Et Iris Gris semblait faisable. Non ? Non, apparemment pas.

Image: Black Iris de Georgia O'Keefe.

30 commentaires:

  1. Quand j'ai vu cet article sur Scented Salamander, je me suis dit aussi c'est foutu ! (à tout jamais ? )
    Peu importent les aléas du nom même si Maître Gantier et Parfumeur a rebaptisé son parfum Iris Bleu Gris : j'avais alors cru que c'était lié au rachat de la licence J. Fath. Si je comprends bien Panouge n'a racheté que le nom Jacques Fath ? (sans les noms et les compos du catalogue) C'est pour moi assez incompréhensible...
    Tu as peut-être raison en ce qui concerne l'argument du prix mais on a senti tous les deux un "iris chinois" qui sans avoir la noblesse et la richesse de son grand frère toscan serait tout à fait honnête dans une composition. Apparemment le développement s'est axé sur le flacon : quand on voit le résultat cela laisse songeur... Le Pure Oud de Killian trouvera probablement preneur à 300€ les 50 ml (ce sera sans moi) et on se dit qu'il y aurait la place (une micro niche bien sûr) pour une réédition de qualité dans un flacon simple...
    Grrr...

    RépondreSupprimer
  2. Les parfums Panouge est-ce nouveau ou juste une filiere qui regroupe certaines marques de parfums connus? Une histoire incroyable avec rebondissements et toi impliquee.
    Pour l'histoire du nom, tant pis pour Jacques Fath, faut pas etre malin pour laisser tomber un tel nom dans le domaine public sans intervenir!
    La reformulation, encore une deception de plus mais de toutes facons avec les histoires d'allergenes, iris ou pas, ca n'aurait pas pu etre fidele a 100%, non?

    RépondreSupprimer
  3. Thierry, je crois que certains des noms de parfums Jacques Fath étaient toujours déposés, par exemple Green Water qui était toujours en production. Il y a aussi Fath de Fath.
    Les marques n'ont jamais les formules, d'ailleurs j'aurais dû le préciser, puisque ce sont les labos qui fabriquent les parfums qui les conservent. Ces labos peuvent avoir des labos sous-traitants pour une partie de la formule. Si ces labos disparaissent, la formule n'est pas toujours transmise.
    Cependant, dans le cas d'Iris Gris, l'Osmothèque détient la formule. L'a-t-elle en fin de compte transmise à Panouge ou pas? Ou Panouge l'ont-ils retrouvé en soumettant le parfum à une analyse de chromatographie gazeuse? Je n'en sais rien.

    RépondreSupprimer
  4. Diable Rouge, Panouge existe depuis un bon moment: ils fabriquent des parfums sous leur propre nom et détiennent les licences de certaines marques.
    C'est un peu le même fonctionnement que la société Fashion Fragrances & Cosmetics qui détient la licence des parfums Piguet, et qui s'est adressée à Jean Guichard de Givaudan pour reconstituer au mieux Fracas et Bandit.

    Comme je l'écris, le nom d'Iris Gris a cessé d'être déposé dans les années 60, où il a été racheté par Hermès, qui l'a apparemment maintenu en dépôt jusqu'à aujourd'hui. Je ne sais pas ce qui se passait chez Fath à l'époque mais la maison de couture avait cessé son activité depuis 1957.
    La maison de couture a changé de main à plusieurs reprises. La licence des parfums était détenue par L'Oréal jusqu'en 1992.

    Je crois qu'à ce stade on ne parle plus de reformulation, mais de nouveau parfum... J'ai l'impression que c'est plus une question de coût que d'allergènes, vraiment.

    RépondreSupprimer
  5. Le nom "Iris gris" déposé par Hermès dans les 60's ? C'est bizarre, non, parce que le changement en "Iris bleu gris" chez MPG est récent et qu'on peut penser qu'Hermès aurait pu faire valoir ses droits bien avant ? Mais bon, si Octavian le dit...

    Bien sûr c'est à l'Osmothèque que j'avais senti la reconstruction. Jean Kerléo m'avait alors dit que ce serait impossible aujourd'hui (milieu des 90's) de fabriquer un tel parfum car beaucoup trop cher.
    Mais depuis, le prix de certaines matières a baissé du fait de nouvelles sources d'approvisionnement (cf infra) , et le prix de vente final peut être beaucoup plus élevé si on regarde les tarifs pratiqués par toutes ces marques de niche "exclusives" pour lesquelles on peut on peut dire "que çà vaut pas la peine" pour reprendre ton expression.
    J'avais oublié la déconnection entre marque et labo... Penses-tu que l'Osmothèque soit habilitée juridiquement à céder une formule ?

    Quoiqu'il en soit, mon souvenir est ancien et j'aimerais beaucoup le sentir... Je connais bien quelqu'un qui en possède un flacon mais qui me refuse obstinément ne serait-ce qu'un petit sniff... Peut-être qu'une copie du meilleur enregistrement de Giulio Cesare, qui comblerait d'ailleurs une culture haendelienne un peu... parcellaire, l'amènerait à un peu plus de compassion :-)

    RépondreSupprimer
  6. Thierry, pour l'Osmothèque, je ne sais pas. Si mes souvenirs sont bons (mais il faudrait consulter Octavian pour confirmer), Vincent Roubert travaillait pour Coty. Cette société est-elle donc détentrice de la formule? Allô, O.?

    Pour ce qui est de sentir cet elixir, une invitation sera émise.

    RépondreSupprimer
  7. Histoire de cout ok mais pourtant Serge Lutens propose Iris Silver Mist a un prix raisonnable...

    Quelle etait la popularite d'Iris Gris en France et a l'etranger?

    RépondreSupprimer
  8. Diable Rouge, difficile de connaître les ventes d'Iris Gris à l'époque, c'est un parfum qui n'a vécu qu'une dizaine d'années, je crois.

    Pour Iris Silver Mist, c'est simple: tous les Lutens sont au même prix parce qu'ils font une moyenne et répartissent les coûts des jus les plus onéreux sur ceux qui le sont moins. Si l'on vendait ISM à son prix réel il serait beaucoup plus cher.

    RépondreSupprimer
  9. Iris Gris a du rencontre un public mais limite, je ne pense pas qu'il fasse jourd'hui parti de la memoire collective dans l'histoire de la parfumerie.

    carmencanada, attention sur l'etranger et notamment aux Etats-Unis, les Lutens sont repartis en trois categories, tous des 50ML, prix hors taxes: label beige a $120 (Fleurs d'Oranger, Datura Noir), label beige et noir a $140 (Louve, Chene, Serge Noire) et label gris a $200 (Feminite du Bois, Bois de Violette, Un Bois Sepia).

    Un flacon de Un Bois Sepia achete a New York est l'equivalent de presque deux Iris Silver Mist a Paris.

    RépondreSupprimer
  10. Diable Rouge, en effet, Iris Gris n'est connu que de la communauté des amoureux du parfum, tout comme le Chypre de Coty, mais c'est tout de même plus facile de partir de là pour créer un buzz que de sortir un tout nouveau jus.
    Pour les Lutens, je parlais de ceux qui sont vendus exclusivement au Palais-Royal.

    RépondreSupprimer
  11. Thierry - pour l'histoire des noms / marques sur le site d'INPI les info sont publiques. Il faut juste faire un peu de recherches pour comprendre une partie de l'histoire.
    pour l'osmothèque - il est important à savoir que dans certains cas l'O ne detient pas la formule, ils l'ont juste utilisée pour la pesée du parfum. Dans d'autres cas, le parfumeur/la maison a confié la formule à l'O qui la garde. Je ne connais pas en détails l'histoire d'Iris Gris mais en tout cas l'O ne dévoile pas une formule à qui que ce soit.
    Il y a un bon nombre de formules de Vincent Roubert qui ont été repesées - il était parfumeur pour Coty et Coty fabriquait aussi d'autres marques.
    Il y a de belles qualités iris sur le marché pour faire un bon parfum. Ce qui change tout c'est la marge de profit qu'on attend.
    En terme de formule, IG n'est pas un parfum très compliqué.
    Pour l'histoire - Iris Gris était un parfum utilisé dans sa jeunesse par Karl Lagerfeld.
    ç'est le buzz que Panouge a raté 100%.
    Avoir un parfum mythe pour les perfumistas et en plus un parfum qu'on peut relier à une des personnes le plus connues dans la mode, un parfum moderne et beau (sans le risque de faire "vieux") - voilà ce que j'appelle ne pas savoir profiter de sa marque.

    RépondreSupprimer
  12. Merci Octavian pour tes lumières. Effectivement, le nom a été déposé par Hermès en 1963.
    Que l'Osmothèque ne communique aucune formule me paraît aussi tout à fait normal et par conséquent les contacts pris avec Denyse auraient pu s'inscrire dans une démarche d'authenticité... mais enfin Panouge a pu avoir accès à d'autres flacons...
    Ce que tu m'apprends sur Karl L. ne fait que renforcer le sentiment d'immense ratage : il y avait effectivement de quoi faire un buzz !!! Je me rappelle comment Mouchoir de Monsieur était présenté comme un parfum exclusif de J.C. Brialy...

    RépondreSupprimer
  13. Merci Octavian! Je trouve aussi que Panouge a raté une belle occasion... pour l'instant. Il est toujours possible de racheter un nom (même si je n'y crois pas trop) et de lancer une édition plus luxueuse et conforme à l'original à l'avenir...
    On peut toujours rêver.
    C'est vrai que Karl a porté Iris Gris, je l'avais même écrit dans mon post sur les Kapsule. Son choix se porte désormais sur Iris Nobile.

    RépondreSupprimer
  14. Thierry, je me rappelle de cette époque du Mouchoir de Monsieur, que j'avais choisi pour mon amoureux... Mais Karl, c'est bien plus buzz encore que ce merveilleux Jean-Claude Brialy.

    RépondreSupprimer
  15. Et la couleur des cheveux de Karl, est-elle est grise/argentée ou blanche? En tout cas avec toute l'histoire de l'iris utilisé au XVIIIe siècle dans les poudres, Panouge aurait pu monter une belle histoire. Il y a tous les éléments (y compris l'authenticité) pour en avoir fait un campagne magistrale signée Karl et donner une nouvelle vie au parfum, autre que juste une création de Jacques Fath, magistralement décrite par Luca Turin.
    Mais dommage, encore un parfum qui a raté sa seconde vie. :(

    RépondreSupprimer
  16. Octavian, de plus c'est encore un argument plaidant en faveur d'un rapprochement entre les maisons de parfum et des auteurs de blogs (facilement repérables et joignables), qui souvent en connaissent plus long qu'eux sur l'histoire, le buzz qu'on peut créer, etc... Personnellement, dans le cas qui nous occupe, j'aurais volontiers échangé mes conseils contre du parfum, s'il avait été à la hauteur de mes espérances.

    RépondreSupprimer
  17. Chère Denyse,
    j'aimerais beaucoup comparer ton extrait d'IG avec celui de l'Osmothèque.
    Il ne nous reste plus qu'à acheter du Persicol et à jouer les apprentis sorciers pour recréer cet elixir vraiment ensorcelant. J'en parlerai à Jeannine.
    Bien à toi.

    RépondreSupprimer
  18. Rebecca, ça peut s'arranger! Et, oui, en parler à Jeannine est une excellente idée... Iris Gris de contrebande!

    RépondreSupprimer
  19. Rebecca et Denyse : quelles comploteuses !
    J'vais vous dénoncer à la DGCCRF :-)

    RépondreSupprimer
  20. Thierry, on se gardera bien de l'exporter!

    RépondreSupprimer
  21. Quelle déception...à priori... car cette quête d'Iris Gris aura peut-être été la chance d'un nouveau beau parfum...Irissime, un bel iris? A suivre en tout cas.
    Si vous faites un Iris Gris à votre manière ISM+Persicol, je suis preneuse!

    RépondreSupprimer
  22. Lorsque j'ai lu l'article sur Scented Salamander, mon coeur a bondi et a dit "Ohhh !", et puis la raison l'a emporté et à dit "Aïe, non, ce ne peut être Iris Gris, il n'est pas "refaisable". Alors j'ai vu se profiler la petite pointe de la déception, que je portais finalement en moi depuis le buzz avec L. Turin et dont tu m'avais parlé Carmen à l'époque. Je savais bien qu'on ne toucherait pas à l'original, qu'il ne serait jamais retraduisible olfactivement. C'est maintenant certain. Mais quid d'Irissime ? Ce sera autre chose, sans doute. J'ai aussi senti cet iris chinois qui ne démérite pas, à mon nez, toutes considérations mercantiles étant à prendre en compte. Irisophile je suis, circonspecte je reste quant à ce nouveau Jacques Fath, bref, snif & see.
    Quant à Hermès et le nom d'Iris Gris, cela a-t-il à voir avec la sortie du (très joli) Hiris il y a quelques années ?

    RépondreSupprimer
  23. A la réflexion, est-il vraiment bon de buzzer sur KL ;-)

    RépondreSupprimer
  24. Lamarr, je pense qu'on pourrait tout à faire reproduire l'original qui présente une formule apparemment assez simple. Mais à vue de nez, les notes données pour Irissime ne correspondent pas.
    Quant à l'histoire d'Hermès, mystère. Ils ont racheté le nom, comme le précise Octavian, dès 1963... Et en ont toujours maintenu le dépôt, apparemment.

    RépondreSupprimer
  25. Et Karl, pour le buzz, ça marche toujours!

    RépondreSupprimer
  26. On pourrait l'appeler "Pêcher d'iris"....

    RépondreSupprimer
  27. Comme le dirait Barbey d'Aurevilly, "fleur de pêcher ou fleur de péché, je n'ai jamais su au juste l'orthographe de cette couleur...".

    RépondreSupprimer
  28. There is more than just undecalactone composing the fruity notes of original Iris Gris. Pure undecalactone is not particularly fruity-smelling to me - does not smell like a peach or any other type of fruit IMO - yet my original Iris Gris has tangy, sweet fruit notes up top. I wish people would speak more about which ingredients were responsible for this sweet fruitiness. People seem only to talk about are the orris & the undecalactone although there are clearly other ingredients that went into making Iris Gris smell the way it did.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I suppose people would if people had some Iris Gris under their nose (you and I are among the few select mortals that own some, I think)... Mine has osmanthus-like apricot-y notes, but some of this might be due to oxidation.

      Supprimer