lundi 3 novembre 2008

Felanilla, la vanille louche (Parfumerie Générale)


J’avoue ne pas avoir beaucoup fréquenté la Parfumerie Générale de M. Guillaume. J’ai commandé il y a trois ans des miniatures de sa première série, n’y ai pas autrement prêté attention (par ma faute, pas la sienne) ; je n’ai jamais été capable de suivre sa rafale de sorties (plus de 30 en six ans, il me semble) ; j’ai été longtemps exaspérée par les difficultés de navigation de son site web (la présentation est désormais impeccable, mais la boutique en ligne, avec ses « collections privées » numérotées et non-identifiée, reste un peu frustrante), et encore plus par ses compositions « sur invitation » (j’apprécierais au moins des noms et des descriptifs). À mes moments les plus grincheux, j’en arrive même à douter (injustement, j’en suis sûre) que le beau garçon dont la photo s’affiche est vraiment Pierre Guillaume ; son volume de compositions me fait parfois soupçonner (encore une fois, sûrement sans raison) que plus d’un nez est à l’œuvre, bien que plusieurs des parfums de la gamme aient un style commun.

Heureusement, Octavian m’a offert des échantillons de toute sa gamme des Parfumerie Générale, pour que j’élucide enfin ce qui se passe en parfumerie du côté de l’Auvergne, où sont situés les laboratoires Guillaume.

Je me suis dit que je pouvais aussi bien commencer par le dernier, Felanilla, pour la simple raison que son nom suggère des actes d’oralité que la morale réprouve, dans la Rome Antique, impliquant d’une manière ou d’une autre des félins (aux lions, les Chrétiens !), sous le règne de Caligula.

Le premier effet de Felanilla est celui d’une crème brûlée mangée avec une cuiller en argent dans une timbale également en argent. La puissante note métallique est produite par l’iris combiné à une dose massive du safran ; le résultat est la vanille la moins gourmande qu’on puisse concevoir. L’effet « cuiller d’argent », si intense qu’on le sent presque sur la langue, s’estompe au fil des heures pour céder à une base chaude et animale d’ambre, de vanille fumée et de foin-tabac. Octavian compare Felanilla à l’Émeraude de Coty plongée dans de l’azote liquide ; je penserais plutôt au Guet-apens /Attrape-Cœur de Guerlain (jusque dans la note « banane ») rasé de si près que quelques gouttes de sang affleurent (la note métallique-safranée tend vers l’hémoglobine). Ou alors, est-ce la griffe du lion qui vient de harponner la gousse de vanille ? Fascinant, en tout cas.

Les dernières infos : Je viens de parler ce soir à une consœur qui a rencontré Pierre Guillaume, et me confirme que le beau garçon dont la photo est affichée sur le site de Parfumerie Générale est bien Pierre Guillaume, et qu'il est bien le parfumeur. Si d'aventure il lisait ceci, qu'il accepte mes plus plates excuses pour mon petit accès de paranoïa !



Image : Mystères de Dionysos, Pompéi.

20 commentaires:

  1. Merci pour vos impressions.

    Sa première collection était un peu brouillonne je trouve.

    J'avais vraiment envie de tomber amoureux d'une de ses créations et finalement ce n'est pas arrivé...

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que les créations de la Parfumerie Générale se sont tellement multipliées que je m'y perds. "Un peu brouillonnes" est sans doute le terme qui convient à plusieurs d'entre elles, ce qui ne me semble pas anormal, vu le débit, mais dommage, parce que la plupart ont des idées intéressantes.

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai qu'il y en a trop, et trop qui se ressemblent par leur charactere sirupeux, mais j'apprecie beaucoup L'Oiseau de Nuit (un cuir fleuri) et L'Ombre Fauve (animal/gourmand chaleureux). Coze n'est pas mal non plus - ca me rappelle la bougie Diptyque Pomander.

    RépondreSupprimer
  4. Tara, je me rappelle qu'on a découvert Cozé ensemble... Ombre Fauve et L'Oiseau de Nuit doivent faire partie de la collection privée, ils sont introuvables sur le site. Cuir? Animal? Si tu as des flacons, je veux bien (please, please) des échantillons pour quand on se verra à Noël. Ah, et by the way, je n'oublie pas IUNX,je suis passée cet après-midi... Comme ils n'ont aucune intention d'exporter, c'est Parigi ou rien pour les avoir...

    RépondreSupprimer
  5. Les parfums qui tournent autour de la vanille c 'est la solution de facilite pour les parfumeurs confidentiels; c 'est facile a faire et c 'est commercial dans le sens ou les gens qui ne connaissent rien des plus grands parfums classiques, aiment bien la vanille. Quand je lis sur certains forums des bloggers suffisants et imbus de leur personne qui s 'auto-proclament "critique de parfum" et qui font l 'apologie de Pink Sugar, Vanille Cannelle et Tihota, franchement ca me laisse dubitative. Edmond Roudnitska denoncait les parfumeurs qui se vautraient dans des creations aux notes fruitees et gourmandes de facon a dissimuler leurs lacunes et mediocrite; mais que dirait-il s 'il etait encore vivant?

    RépondreSupprimer
  6. Câline, Edmond Roudnitska tonnait déjà contre le nombre excessif de lancements dans les années 70... On peut supposer qu'il se retourne dans sa tombe.
    Quant à la vanille, c'est très juste, c'est une solution de facilité, empruntée d'ailleurs par la plupart des marques de niche, mais ce peut être aussi (quand on aime) une belle et noble matière assez complexe. Le traitement "métallique" est intéressant, ici: il déjoue le côté gourmand trop facile.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cette belle description... Chez Pierre Guillaume, mon préféré est aussi L'Oiseau de Nuit.
    D'après ce qu'on m'a dit, il ne devrait pas y avoir d'autres nouveautés du moins dans la collection numérotée...

    RépondreSupprimer
  8. Merci de penser a moi pour IUNX - je t'apporterai des echantillons de l'Oiseau de Nuit et de l'Ombre Fauve - qui sont disponibles chez Luckyscent. Je crois qu'ils font partie d'une collection speciale, peut-etre edition limitee.

    RépondreSupprimer
  9. Pink Sugar, Vanille Cannelle et Tihota, 3 merveilleux parfums gourmands que je recommande chaudement!

    Je vous trouve bien étroit d'esprit cher Câlin, ou "close-minded" comme disent les anglo-saxons, et bien sûr de vous sur ce qu'est, ou doit être la parfumerie...

    RépondreSupprimer
  10. Chiharu... L'Oiseau de Nuit, encore un qui ne figure pas sur le site! Grrr... Ça devient frustrant, à la fin!!!!

    RépondreSupprimer
  11. Cher Elcé, j'avoue que les deux premiers parfums que vous citez ne sont pas, à mon modeste avis, les exemples les plus brillants de l'art de la parfumerie... Ce sont des produits bien exécutés.
    En revanche, le Tihota d'Indult est une très belle vanille, en effet -- j'ai failli l'acheter avant de me dire que tout de même, c'était cher payé le "solinote".

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  13. Le "critique" de parfum, que ca te plaise ou non, que tu sentes vise ou non, j 'estime avoir le droit de critiquer autour de tout ce qui tourne autour du parfum les critiques de parfum qui prennent le risque de s 'exposer publiquement. En revanche ton petit pique transphobe n 'est qu 'une attaque personnelle minable qui n 'a aucun rapport avec le parfum.
    Mais bon puisque tu veux tout savoir, tu es un garcon effemine qui porte Pink Sugar, je suis une nana feminine qui a une vraie vie de femme et qui sait apprecier de
    tres grands parfums!

    RépondreSupprimer
  14. Câline, tu as le droit de trouver Pink Sugar nul, Elcé a le droit de trouver ça bien, peut-être qu'un jour je vaincrai mes réticences et en ferai une review dans l'intérêt de la science et vous pourrez exposer vos raisons respectives: je suis sûre que vous pourrez les soutenir sans faire intervenir des arguments, ou des sentiments, "extra-parfumiers"! ;-)
    En attendant, le travail de Pierre Guillaume est bien intéressant.

    RépondreSupprimer
  15. un parfum qui sera dans mes cadeaux de noel... il etait presenté comme une vanille a priori mais c'est plus un iris cuiré daim avec un voile de vanille, j'aime beaucoup, a revoir avec plus d'attention, il me fait penser a cuir ottoman, a son fond en plus iris papier buvard, daim reche et feutré, et moins gourmand, la vanille se developpe un peu plus sur le fond a la limite du tonka caramelisé , mais jamais sucrerie

    RépondreSupprimer
  16. Véro, c'est un très bon choix! Il ne me rappelle pas particulièrement Cuir Ottoman, et ne me semble pas très cuiré (l'iris a cependant une facette cuir), mais ce n'est pas une simple vanille, loin de là!

    RépondreSupprimer
  17. alors test aujourd'hui de felanilla, surprenant, car iris est apparemment présent dans els notes de tête, mai sur ma peau, on ne le sent vraiment qu'après une demi heure, les débuts sont un peu agressifs, uen fragrance un peu animale, (bon le matin n'est peut-être aps le moment idéal pour tester ce parfum); bref ensuite l'iris vient adoucir tout ça avec une note d'abord métallique en effet plus plus doux, un mélange vanille safran iris tout doux, sensuel, beaucoup plus agréable à porter.

    Curieux l'évolution sur ma peau, mais en tout , après une heure, ce parfum me plait assez!

    RépondreSupprimer
  18. excusez les fautes de frape, je voulais puis plus doux

    RépondreSupprimer
  19. et encore une, bon j'arrête pas ce matin, les fautes de frappe désolée;

    RépondreSupprimer