jeudi 3 septembre 2009

Bye bye Vanilia...


Alors que la blogosphère parfumée s’extasie sur le nouvel Havana Vanille de Bertrand Duchaufour, prenons un instant pour commémorer Vanilia, qui sera supprimé des références de L’Artisan Parfumeur dès que son successeur sera mis en vente en octobre.

Les senteurs centrées sur la vanille ne m’ont jamais particulièrement attirée, mis à part le Vanille Galante d’Hermès – qui est d’ailleurs plutôt un lys-ylang qu’une vanille. Mais j’appartiens sans doute à une minorité : des marques de supermarché aux maisons de parfumerie de niche, l’offre vanille fait boule de neige. Odeur consensuelle et régressive, doudou olfactif en période de crise : en anglais, plain vanilla, la vanille toute simple, désigne le choix par défaut face à une palette trop large de parfums de glaces et par extension, tous les produits sans fioritures, des fonds d’investissement aux pratiques sexuelles. Outre le fait que je n’aspire pas à un sillage de chou à la crème, embaumer la vanille m’a toujours semblé un peu trop… simple.

Mais lorsque Jean-François Laporte a lancé Vanilia en 1978, c’est précisément cette simplicité qui a séduit sa clientèle post-baba en pleine ère Opium-Giorgio. Comme Réminiscence ou Comptoir Sud Pacifique, fondés vers la même époque, L’Artisan Parfumeur s’est d’abord distingué dans le « soli-note », version plus roots que les muscs, patchouli et autres vanilles (par exemple le Vanilla Fields de Coty lancé en 1969) qu’on trouvait dans les drugstores américains.

Si Mûre et Musc anticipe les tendances musc et fruits rouges, Vanilia devance de plus d’une décennie les parfums sur-dosés en note « barbe-à-papa » (l’éthyl maltol qu’on retrouverait en 1992 dans Angel). C’est cette dose inédite d’éthyl maltol qui donne à la vanille de Vanilia son côté croquant de sucre de dragée (sans les amandes).

Mais Vanilia n’est simpliste qu’en apparence, et cet accord dragée est soutenu par les facettes fumées-boisées de la vanille qui se déploient en ouverture, et le chatoiement salicylé d’ambre solaire qui raccorde la vanille au lys et à l’ylang-ylang (sur lequel joueront, bien plus tard, Un Lys de Serge Lutens et Vanille Galante d’Hermès). La mélodie bonbon, la pulsation de la note feu de bois et l’harmonie subtilement épicé de l’ylang-ylang susurrent une chanson aussi sucrée que la voix de Debbie Harry dans son hommage aux girl groups des Sixties, Denis, Denis. Si vous êtes fan, faites vos stocks.

Image: Debbie Harry de Blondie

6 commentaires:

  1. Pas fan non plus de vanille, alimentaire ou pas, saupoudrée, sucraillée, déclinée à l'infini (et très atrocement) en gels douches et autres laits parfumés pour le corps, l'impression d'être une pâtisserie ambulante (quoique cela puisse être apétissant ;-)
    J'ai cependant assez aimé (mais pas au point de la porter) Vanille Galante, qui n'est pour moi qu'un prétexte vanillé où l'ylang et le lys tiennent la dragée haute.
    Une seule vanille, une seule soli-vanille trouve grâce à mon nez, et ô combien ! Il s'agit de Vanille Absolu de Montale. La seule, l'unique, point trop liquoreuse ni sirupeuse, mais boisée, chaude, la gousse ouverte, fendue en deux, noire et charnue-charnelle. D'hiver en été et de printemps en automne. Et puis c'est tout.

    RépondreSupprimer
  2. Mmmmm.... mais c'est qu'elle finirait par me faire entrer chez Montale! Blague à part, ce serait le comble qu'ils n'arrivent pas à faire une bonne vanille puisque, me semble-t-il, ce sont les gens de Montale qui avaient créé Comptoir Sud Pacifique?

    RépondreSupprimer
  3. Olá. Tenho um problema com baunilhas. Fico com enxaqueca.
    Porém aprecio Tobacco Vanille - Tom Ford e sua característica enfulaçada, quente e densa.Também gosto muito da baunilha em Vanille CAnelle de Comptoir Sud Pacifique.
    A sensualidade da vanila é relativa. Depende das circunstâncias.Beijocas. Elisabeth
    Bon Soir
    J'ai un problème avec des vanilles. Je reste avec migraine. Néanmoins j'apprécie Tobacco Vanille - Tom Ford et sa caractéristique de fumée, chaude et dense. Aussi goût très de la vanille à Vanille CAnelle de Comptoir Sud Pacifique. La sensualité de la vanila est relative. Il dépend des circonstances. Bises Elisabeth

    RépondreSupprimer
  4. Elisabeth, j'aime bien le Tom Ford mais je le trouve un peu "court". Une fois qu'il a dit "tabac" et "vanille", ça ne va pas plus loin. Comme un accord plus qu'un parfum. Mais il sent bon, c'est sûr.
    Les CSP, j'ai tendance à les éviter. Leur comptoir tout seul me barbouille un peu l'estomac, too many calories!

    RépondreSupprimer
  5. J'adore la vanille, sous presque toutes ses formes, ma preferee etant Spiritueuse Double Vanille de Guerlain. J'aime ma vanille sucree et alimentaire, donc Vanilia n'a jamais ete ma vanille de choix. J'ai hate de sentir la nouvelle version, Havana Vanille, mais je crains qu'elle ne soit pas assez sucree pour mon gout.

    RépondreSupprimer
  6. Tara, pas assez sucrée, Vanilia? Ouille! Pour ma part, tu l'auras compris, j'espère qu'Havana Vanille le sera le moins possible... ;-)

    RépondreSupprimer