lundi 31 août 2009

Céline Ellena speaks of Oriental Lounge, her new fragrance for The Different Company

For nearly five years now, Céline Ellena has been the « exclusive guest » of The Different Company, the house founded by her father Jean-Claude Ellena with Thierry de Baschmakoff and Luc Gabriel. Because of the creative freedom this affords her, she has been growing, and growing up as a perfumer practically under our noses. Working around a specific material – an approach which TDC pretty much pioneered, unless I’m mistaken – with Jasmin de Nuit and Sel de Vétiver. Capturing smellscapes with Parfum d’ailleurs & fleurs, Parfum des sens & bois and Parfum de charmes & feuilles, or with Côte d’Amour for L’Artisan Parfumeur. Tackling and tweaking classic perfume families – this is what Céline Ellena calls her “academic exercises”: chypres last year with Sublime Balkiss, orientals with TDC’s latest launch, Oriental Lounge. But classics reworked through subtraction, while maintaining the signs of the genre. Sublime Balkiss is a chypre without oak moss; Oriental Lounge, an oriental without vanilla. Labdanum paste folded into rose, stretched out with tonka bean, fizzing with bergamot in the top notes before settling in the lushness of a salty amber.

Céline Ellena and I had a few email exchanges after I discovered that she had referenced Grain de Musc in her blog Chroniques Olfactives, a series of olfactory vignettes of Parisian streets. I took the opportunity to ask her a few questions about Oriental Lounge.

Oriental Lounge is quite heavy and creamy. It seems like a departure from the other fragrances by The Different Company, whether your father’s or yours. Why this change of direction?

TDC fragrances don’t necessarily have a common thread. Each has its own story. Also, I’m trying not to confine myself to an identifiable style… it’s still a bit early for that! Between Jasmin de Nuit and Oriental Lounge I’ve been on quite a journey: a discovery, an apprenticeship, a pas de deux with natural and synthetic materials.

Oriental Lounge arose from the need to compose a warm oriental, which was missing from the brand’s line-up. It was also missing for me, because to speak bluntly, orientals aren’t my favorite perfume family. I seized the chance to have a go at a genre I’d been neglecting up to now.

Did you feel you had to conform to certain rules?

When you work on a specific olfactory family you have to deal with a certain form of academism. Both the consumer and the professional must be able to identify specific markers: warm, vanilla-y, spicy, resinous, powdery, sensuous, powdery, heavy… etc. Ah! It’s so hard to veer away from those and take side-roads!

You’d already tackled the chypre family last year with Sublime Balkiss.

It does reference the chypre family, I made no secret of it. But I expressed a kind of disobedience, since I decided to suppress oak moss or Evernyl from the “ideal” chypre recipe to replace it with violet leaf. As a result, you smell a chypre, you recognize a familiar olfactory territory, but the materials are different and hopefully, they renew the genre slightly.

I’ve used the same approach for Oriental Lounge. I tackled an academic form composed of vanillin, labdanum, patchouli (the “Ambre 83” feel which you’ve certainly recognized) and all the more or less useful details corresponding to the commonly accepted idea of oriental perfume, and I tried to find a new angle. I tried to make my materials “speak” in a different yet familiar tone.

Which are the most talkative materials in Oriental Lounge? And which are the toughest to get to speak up?

Caloupilé, the dominant natural material in this perfume (which allowed me to break out of an excessive conformity to the oriental genre) is certainly talkative, but hard to master, because it is unusual. Its smell is powerful, raspy and green, metallic and warm, with a faint whiff of cold petroleum. It is commonly known as the curry leaf, but we avoided using the word because it is too reminiscent of food. Its smell has nothing to do with curry spice mixes! Caloupilé is the epitome of a talkative, generous material.

Labadanum is a magnificent monolith but it has nothing else to say but: amber, amber, amber. It is an indispensable marker in this type of composition, but it is dangerous because it sometimes traps you in a monologue.

Red rose is for the tomboy side: a fragrance for men and women alike. Something sensuous and peppery. No natural red rose but a blend of geranium, pepper and something else! Pure pleasure for a perfumer who finds out that 1 + 1= 3.

Tonka bean is for the pleasure of the texture of skin, a smooth touch without the mawkishness of vanilla-vanillin. The tonka bean creates a pas de deux with the woody notes, embraces the rose and appeases the caloupilé… It isn’t the star, but it is an indispensible supporting role.

“Satinwood” is stated in the listed notes. Is this the plant known as “orange jasmine”, or a synthetic woody material?

Satinwood is a prettier and less hypocritical way of naming a blend of synthetic sandalwood note and a powdery note (I didn’t want to call it sandalwood). TDC’s specificity is the high proportion of natural materials in its perfumes (in this case, a large quantity of caloupilé and labdanum, among other things), but I need synthetic materials to allow the composition to breathe, to give it light and rhythm. Going 100% natural has its limits, which I was recently confronted with…

If Oriental Lounge told a story, what would it be?

A precious box made of an unknown wood hidden in our memory. Each of us entrusts it with what we want, what seems most precious to us, for the pleasure of finding it again later, when the time has come. A treasure box to open gingerly with a mixture of fear and excitement, or a sigh of calm pleasure. I like to imagine that my box is empty. Nothing is left but a few wisps of fragrance, barely identifiable but pleasant, so that new stories can take place.

For the past few months, you have been writing a blog, “Chroniques Olfactives”. What made you want to start writing all of a sudden?

I’ve been carrying this inside me for a long time. Writing stories about smells with words. Probably because I’ve always said that a perfume composer writes stories with smells rather than words. Also, daily life influences my creative approach a lot. I find inspiration for my perfumes in the street. I started writing in my mind about what I smelled all around me, and when I spoke to people, I realized that most of them don’t “look” with their noses, or do it in a negative or tentative way. That’s how I got the idea for the blog. I felt like sharing my outlook, and maybe fostering a new kind of positive and tolerant curiosity towards the smells we live with, at a time where detergents, deodorants and smelling-nice-like-everybody are becoming a bit invasive!

Image: Tom Wesselman, Sunset Nude with Matisse Odalisque (2003)

Céline Ellena parle d'Oriental Lounge, son nouveau parfum pour The Different Company

Depuis près de cinq ans que Céline Ellena est l’« invité exclusif » de The Different Company, la maison fondée par son père Jean-Claude Ellena avec Thierry de Baschmakoff et Luc Gabriel, on a l’impression d’assister presque en direct à son évolution – d’autant plus que TDC lui offre le privilège, rarissime, de s’exprimer librement. Travaux autour d’un matériau -- démarche que TDC a été l’une des premières, sauf erreur, à entamer – avec Jasmin de Nuit et Sel de Vétiver. Vignettes olfactives avec Parfum d’ailleurs & fleurs, Parfum des sens & bois et Parfum de charmes & feuilles, ou encore Côte d’Amour pour L’Artisan Parfumeur.

Oriental Lounge, le dernier parfum de The Different Company, s’inscrit pour sa part – comme Sublime Balkiss l’an dernier – dans une réflexion sur les genres classiques de la parfumerie que Céline Ellena appelle ses « exercices académiques », mais où l’on procèderait par soustraction tout en maintenant les signes du genre. Sublime Balkiss est un chypre sans mousse de chêne ; Oriental Lounge, un oriental sans vanille, à la fois riche et élagué. Pâte de ciste labdanum travaillée à la rose, étirée de fève tonka, dont s’échappe un pétillement de bergamote avant d’arriver, très vite, à l’onctuosité soutenue d’un ambre salé, grâce à l’utilisation d’un matériau insolite, le calopilé, que les amateurs de cuisine de l’Inde et du sud-est asiatique connaissent sous le nom de feuille de curry…

Céline Ellena et moi avons entamé une petite conversation épistolaire lorsque j’ai découvert l’existence de son blog Chroniques Olfactives, série de vignettes odorantes glanées lors de ses itinéraires parisiens. J’ai saisi l’occasion de lui poser quelques questions sur Oriental Lounge, auxquelles elle a eu la gentillesse de répondre, sans langue de bois.

Le style d’Oriental Lounge, assez lourd et crémeux, est très éloigné de celui des autres compositions de The Different Company, qu’il s’agisse des vôtres ou de celles de votre père. D’où vient ce virage ?

Chez TDC, nous ne cherchons pas un fil conducteur entre chaque fragrance. Chaque parfum possède sa propre histoire. Je tente aussi de ne pas m’enfermer déjà dans un style, une écriture reconnaissable… c’est encore un peu trop tôt ! Entre Jasmin de Nuit et Oriental Lounge il y a tout un parcours : une découverte, un apprentissage, un pas de deux avec les matières premières naturelles et synthétiques.

Oriental Lounge s’inscrit dans la nécessité de composer un oriental chaleureux, qui manquait à la marque, pour dire les choses clairement. Et qui me manquait également, car pour vous l’avouer ce n’est pas ma famille olfactive préférée. Donc, c’était l’occasion rêvée de tâter un terrain jusqu’à présent un peu boudé !

Vous êtes-vous sentie tenue de vous plier à certaines règles qui définissent la famille « oriental » ?

Quand on travaille dans une famille olfactive spécifique on aborde forcément une certaine forme d’académisme. Le consommateur comme le professionnel doivent trouver, reconnaitre, des marqueurs spécifiques et identifiables : chaud, vanillé, épicé, résiné, poudré, sensuel, lourd…etc. Ah ! Comme il difficile de s’en écarter et de s’engager dans les chemins de traverses !

Vous vous étiez déjà prêtée à ce type d’exercice l’an dernier avec le genre chypre pour Sublime Balkiss.

Il fait en effet référence à des parfums chyprés, je ne m’en suis pas cachée. Pourtant j’ai exprimé une forme de désobéissance, car dans la recette « idéale » du chypre j’ai décidé de supprimer la mousse de chêne ou l’evernyl pour les remplacer par la feuille de violette. Le résultat est là : on sent un chypre, on repère un territoire olfactif familier, mais les matériaux employés sont différents, et apportent, je l’espère un petit air de renouveau.

Oriental Lounge s’inscrit dans la même démarche. J’empoigne une forme académique composée de vanilline, de labdanum, de patchouli (ce côté Ambre 83 que vous devez certainement connaitre) et de tous ces détails plus ou moins utiles qui correspondent à l’image communément acquise du parfum oriental, et je tente de trouver un nouveau regard. J’essaye de faire « parler » mes matériaux de façon différente et pourtant familière.

Quels sont ses matériaux les plus loquaces ? Les plus difficiles à faire parler ?

Le Caloupilé, matière première naturelle dominante de ce parfum (qui me permet de m’échapper d’un oriental trop conformiste) est certainement loquace, mais difficile à maitriser, car inhabituel. Son odeur est puissante, rêche et verte, métallique et chaude, avec un vague relent froid de pétrole. C’est ce que nous nommons communément la feuille de curry, mais nous avons évité d’employer ce nom car il possède une forte résonance culinaire. Or son odeur n’a rien à voir avec celle du mélange Curry de Ducros ! Le Caloupilé est l’exemple même d’un matériau bavard et généreux.

Le labdanum est un monolithe magnifique mais qui n’a rien d’autre à raconter que : ambre, ambre, ambre. C’est un marqueur indispensable dans ce type de compo, mais terrible car il vous enferme parfois dans un monologue…

La rose rouge, c’est pour le coté garçon manqué : une fragrance pour les hommes comme pour les femmes. Quelque chose de sensuel et poivré. Pas de rose rouge naturelle mais un mélange de géranium, de poivre et d’un autre truc ! Le plaisir pur du parfumeur qui découvre une astuce : 1+1= 3

La fève tonka, c’est pour le plaisir du grain de peau, du toucher onctueux sans la mièvrerie de la vanille-vanilline. La fève tonka crée un pas de deux avec les notes boisées, embrasse la rose et apaise le Caloupilé….ce n’est pas la vedette, mais le second rôle indispensable.

Dans la liste des notes on retrouve le bois de satin . S’agit-il du bois orange ou bois-jasmin, ou d’un matériau synthétique boisé ?

Bois de satin est une façon plus jolie et moins hypocrite (je n’oserai pas écrire bois de santal) pour parler d’un mélange de bois de santal synthétique et de note poudrée. TDC se distingue en effet pour ces parfums qui contiennent une forte proportion de matières premières naturelles (ici une belle quantité de Caloupilé et de labdanum, entre autres), mais j’ai besoin des matériaux de synthèse pour donner du souffle, du rythme et de la lumière à la composition. Le 100% naturel a des limites, auxquelles d’ailleurs je me suis frottée récemment…

Si Oriental Lounge devait raconter une histoire, laquelle serait-elle ?

Un coffret précieux en bois inconnu caché dans notre mémoire. Chacun de nous lui confie ce qu’il souhaite, ce qui lui semble le plus précieux, pour le bonheur de le retrouver plus tard, quand le moment sera venu. Une boîte à trésor que l’on ouvre délicatement avec un sentiment de crainte et d’excitation, ou avec un soupir de plaisir tranquille. J’aime imaginer que mon coffret est vide, et qu’il ne reste que quelques bribes d’effluves à peines identifiables mais agréables, pour laisser la place à de nouveaux récits.

Vous rédigez un blog, « Chroniques Olfactives », depuis quelques mois. D’où vous est venu ce besoin d’écriture ?

C’est en moi depuis longtemps. Ecrire des histoires d’odeurs avec des mots. Sans doute parce que j’ai toujours exprimé l’idée qu’un compositeur de parfums écrit une histoire avec des odeurs, plutôt qu’avec des mots. Et puis la vie de tous les jours a une grande influence sur ma façon d’aborder la création. La rue m’inspire des parfums. Je me suis surprise à écrire dans ma tête ce que je sentais autour de moi et, en en parlant avec mon entourage je me suis rendue compte que la plus part des personnes ne « regardent » pas avec leur nez, ou bien ont une approche négative ou hésitante. Voilà comment l’idée est venue d’écrire un blog. J’avais envie de partager ce regard, et peut-être d’initier une nouvelle forme de curiosité positive et tolérante vis-à-vis des odeurs qui nous accompagnent au quotidien, à une époque où la lessive, le déodorant et le bien-sentir comme tout le monde sont un peu envahissants !

jeudi 27 août 2009

Guerlain's New Carnal Elixir: Boisé Torride, Boozy Wood

Immanuel Kant once wrote that the spirit of a nation resided in words that were untranslatable in another language – the lexical gaps. For the French, I would submit “gourmandise” as one such word.

It is one of the seven deadly sins – in Latin “gula”, in English, “gluttony”. But “gluttony”, which does have a strict equivalent in the French “gloutonnerie”, doesn’t begin to cover the nuances of “gourmandise”. The word doesn’t just relate to food; and for the French, it is definitely not a sin, but a mixture of lust for, and indulgence in the pleasures of the flesh – but also of the mind. A way of savouring those pleasures as you would a delicious meal, be it the body of a lover or a string of brilliant metaphors.

The concept of Guerlain’s Elixirs Charnels collection is predicated on the conflation between food and sex contained in the word “gourmandise”. Explicitly olfactory erotica, implicitly a palette of gourmand scents – in this case, the quickest way from the salon to the boudoir seems to be through cuisine – which of course dovetails neatly into the Guerlain heritage.

Each perfume family is obviously meant to be translated into the gourmand vocabulary, with the more complex bits removed and replaced by sweet pastry notes. Last year, a chypre, an oriental and a gourmand, composed by Christine Nagel and Aurélien Guichard. This year, Guerlain’s in-house perfumer Thierry Wasser authors a scent from the “woody” family with Boisé Torridenot “bois” as has been reported. “Boisé” is the adjective of “bois” ("wood"); but it is also quite similar in pronunciation to the word “baiser” (the noun means “kiss”; the verb means “to f*ck”). As for “torride”, it is an adjective commonly used in French for red-hot lovemaking and anything which may induce it.

Boisé Torride opens up all boozy, somewhat in the manner of Spiritueuse Double Vanille, with a fruity liqueur note which is possibly davana, though the material isn’t listed. Bergamot and mandarin are, but I’m also getting dried apricot, raisins and dates, as well as a tiny slice of green apple plunked in a glass of rum.

There’s a whiff of the tobacco leaf in there too, making Boisé Torride the least overtly girly of the Elixirs Charnels. That is, until Mr. Rum-and-Pipe Humbert gets distracted by Lolita bearing a cup of hot cocoa (that would be the patchouli) with a lovely plump marshmallow floating in it (the “marshmallow harmony”, i.e. orange blossom + ethyl maltol, “guimauve” in France being traditionally perfumed with orange blossom). This proves sufficiently “torride” to make them tumble into a huge white musk and patchouli goose-down duvet. Somehow, this phase conjures the image of a Dali forest made of trees as soft as marshmallows – more Hansel and Gretel than Story of O.

With its blend of candied fruit and sweet woods, this new Elixir Charnel is clearly a kissing cousin both to Serge Lutens’ extended “bois” family and to their trashy genius sister Angel. I’ve never been overly crazy about the Elixirs Charnels though I find them very nice, particularly Oriental Brûlant, but I’m definitely tired of what my reader Melisand61 wittily calls “fruitchouli”, which means that Boisé Torride is not my favorite of the line.

However, the next L’Art et la Matière may be an entirely different matter. But shhhhhhhhhhhhhhh…

Image: Woman drinking from a whiskey bottle, totally unknown origin and not very chic... but she looks happy and about to roll in the hay with some cowboy.

Le nouvel Elixir Charnel de Guerlain : Boisé Torride, Baiser au Rhum

Selon Emmanuel Kant, l’esprit d’une nation exprimait sa quintessence dans ses mots intraduisibles. Pour la France, je suggérerais « gourmandise » comme l’un de ces mots qui tombent dans un gouffre lexical lorsqu’on tente de les faire passer dans une autre langue.

La gourmandise est certes l’un des sept péchés capitaux : « gula » en latin, traduit par « gluttony » en anglais… Mais la gourmandise n’est pas la gloutonnerie et en France, elle n’est pas franchement considérée comme un péché puisqu’il s’agit de rechercher, de savourer les plaisirs de la chair et de l’esprit, et non de les engloutir bêtement comme un Big Mac arrosé de Coca.

Le concept de la collection des Elixirs Charnels de Guerlain est précisément fondé sur ce glissement sémantique entre les plaisirs de la bouche et ceux du sexe. Explicitement, il s’agit d’érotisme olfactif ; implicitement, d’une palette de senteurs sucrées – la route la plus courte du salon au boudoir passant par la cuisine, dans ce cas – qui évoquent le patrimoine de Guerlain.

Chaque famille de parfums pouvant se prêter au jeu est traduite dans un vocabulaire gourmand, sa structure classique simplifiée mais non allégée, puisque des notes « pâtissières » viennent s’y insérer. L’an dernier, les Elixirs Charnels proposaient un chypre, un oriental et un gourmand composés par Christine Nagel et Aurélien Guichard. Cette année, c’est le parfumeur-maison Thierry Wasser qui signe Boisé Torride (et non « bois » comme ont pu le rapporter certaines sources) – le « boisé », dans ce contexte, rimant certainement avec « baiser ».

Et ce baiser-là est plutôt baba-au-rhum, alcoolisé en ouverture à la manière de Spiritueuse Double Vanille, avec une première note fruitée liquoreuse rappelant le davana, qui n’est pas listé dans les matériaux. La mandarine et la bergamote le sont, en revanche, mais je sens aussi des fruits secs – abricots, raisins, dattes. Une lamelle de pomme verte a été jetée dans le verre de rhum. On sent un peu de tabac en arrière-plan, ce qui fait de Boisé Torride le moins ouvertement girly des Elixirs Charnels.

Du moins jusqu’à ce que M. Pipe-et-rhum Humbert se fasse distraire par Lolita portant un mug de bon chocolat chaud (la facette chocolatée du patchouli) dans lequel flotte une guimauve dodue comme une fesse de chérubin (« l’harmonie guimauve » qui n’est autre que de la fleur d’oranger et de l’éthyl maltol, i.e. du sucre « barbe-à-papa »). Ce qui s’avère suffisamment torride pour les faire rouler dans un énorme édredon de musc, tiré d’une armoire en cèdre… On en vient à l’image d’un forêt d’arbres mous et moelleux comme des Chamalo, plutôt Frères Grimm illustrés par Dali que Pauline Réage par Guido Crépax.

Avec ses accords de fruits secs et de bois doux, ce nouvel Elixir Charnel est d’évidence le cousin à la mode de Bretagne de la famille des « bois » de Serge Lutens et de leur sœur pop-star Angel... Maintenant, j’attends avec impatience le prochain L’Art et la matière. Mais chut !

Image: L'Après-midi à Naples ou le Punch au Rhum, Paul Cézanne (1873)