jeudi 20 août 2009

Parisienne d'Yves Saint Laurent : Rose Vinyle


Afficher Kate Moss en Parisienne témoigne-t-il d’un manque d’imagination ou d’un excès d’icelle ? Allons, ne soyons pas chauvine et penchons-nous sur le parfum lui-même. Fruits rouges, rose et patchouli. Original. Les premiers combinés au troisième m’envoient me planquer derrière une barricade de matelas, comme si un gang de truands s’apprêtait à me faucher à coups de pschitts de flacon bleu en forme d’étoile. Quand à l’accord rose-patchouli… Disons que les matelas me semblent encore trop douillets pour que j’en bouge. D’autant qu’aucun lancement de la maison Yves Saint Laurent ne m’a vraiment intéressée depuis que monsieur Saint Laurent lui-même a cessé d’y mettre le nez – donc depuis Yvresse/Champagne en 1993.

Mais, mais, mais… Ce nouveau Parisienne a été composé, avec Sophie Labbé, par la reine du grand décolleté olfactif, Sophia Grojsman, qui joue parfois avec des accords déconcertants, comme la note « lessive fraîchement lavée » d’Outrageous créé pour Frédéric Malle (édition exclusive pour les magasins Barney’s à New York) et le mariage délicieusement pervers de la rose avec le chocolat de 100% Love pour S-Perfumes. Et puisque Parisienne annonce un accord « vinyle/gloss/talon aiguille » avec un touche de cuir… fruité floral où pas, je me suis sentie tenue d’y mettre le nez.

Ne vous attendez pas à l’odeur d’une paire de Louboutin roses en cuir vernis (mais c’est une idée). La note « fille en talons aiguille » tient plus de la cosmétique que du fétichisme : c’est l’odeur qui vous monte des lèvres lorsque vous vous êtes tellement tartinée de gloss que votre sourire étincelle comme une Porsche flambant neuve. Et bien qu’elle ajoute une touche urbaine et enjouée, elle ne vire jamais à l’arôme salon-de-l’auto.

Le titanesque accord rose-violette de Paris est assourdi, la rose plus transparente éclairée de mûre et de canneberge – plutôt confiture qu’acidulées, avec des relents sucrés presque caramel. La violette ressort donc de façon plus prononcée, à la fois dans sa facette poudrée (amplifiée par une base assez conséquente de musc blanc) et boisée (une lichette de vétiver). Si vous renversiez une goutte de Paris dans votre trousse à maquillage en vinyle, vous obtiendriez la Parisienne – et une trousse qui sent vraiment très bon.

En fait, j’adorerais sentir cet accord vinyle dans quelque chose de plus boisé, ou alors une tubéreuse. Une tubéreuse en cuir vernis. Ça, c’est une idée, et pas qu’un peu perverse. Si quelqu’un veut passer le mot à Sophia…


Image: Couverture du magazine Photo par Guy Bourdin, 1983.

18 commentaires:

  1. Kate Moss elle fait pas mal de campagnes de pub pour des marques tres francaises comme Longchamp (chez eux depuis l'annee derniere et encore cette annee avec la toute derniere collection automne hiver).
    Quelle vraie parisienne est assez connue a l'international pour le lancement planetaire d'un parfum YSL?

    RépondreSupprimer
  2. SPFI: Kate Moss, je l'aime beaucoup, je la trouve magnifique, sauf que quand même, c'est de "La Parisienne" qu'on parle... Mais en fait, je m'en fous, je ne me fonde jamais sur les campagnes de pub pour apprécier un parfum. Ça vaut tout de même mieux qu'Audrey Tautou.

    RépondreSupprimer
  3. Pour nous c'est clair les campagnes de pub, les design flacons et les packagings, on s'en fout, a la limite c'est vraiment secondaire. Mais dis-moi, qui verrais-tu pour representer la parisienne?

    RépondreSupprimer
  4. Disponibilité pour campagnes de pub mise à part, je trouve que les filles Birkin, Charlotte et Lou, sont ce qui ressemble le plus aux Parisiennes d'aujourd'hui. Marion Cotillard pour le côté plus sophistiqué.

    RépondreSupprimer
  5. ...je me suis fait exactement la même réflexion: finalement, c'est ce fameux "accord vinyle" (qui me fait penser à une odeur de vernis à ongles ou de salon de coiffure) que je trouve le plus intéressant dans ce jus, et j'aimerais le sentir avec d'autres accords! C'est lui qui sauve la Parisienne de la banalité totale, pour moi... Pas vilain, ceci dit, mais tout sauf inoubliable.

    RépondreSupprimer
  6. Six', c'est l'une des raisons pour lesquelles il faut quand même observer les sorties mainstream: souvent, les matières premières les plus pointues s'y trouvent avant qu'elles n'apparaissent dans les marques de niche. Je ne sais pas ce qu'est cet accord vinyle d'IFF mais je parierais qu'il surgira ailleurs, peut-être sous un autre nom...

    RépondreSupprimer
  7. carmencanada, moi aussi je vois bien Lou Doillon representer la parisienne d'aujourd'hui avec ce parfum qui a mon avis cherche a eviter les vieux cliches de la parisienne romantique, bourgeoise et intello.
    Charlotte pas mon style, on a l'impression que cette fille est mal dans sa peau, contrairement a Lou et Kate Moss, elle n'exprime pas une feminite moderne de femme athletique, independante et sexuellement liberee.
    Marion Cotillard est tres jolie mais trop "bien-elevee" pour une parisienne en rose vynile.

    RépondreSupprimer
  8. SPFI, mais le parfum est très bien élevé aussi. On n'est plus à l'époque décadente d'Opium!

    RépondreSupprimer
  9. Il me reste a le sentir, je pensais simplement au parfum de la parisienne d'aujourd'hui, un parfum de son temps. Je comprends le choix de Kate Moss, mais Lou aurait ete meilleur c'est sur... la nana chic, bien foutue, pas du tout empruntee et devergondee quand elle le veut ou du moins qui se laisse pas faire et qui n'a pas froid aux yeux. Je connais pas beaucoup Marion Cotillard, si ce n'est qu'elle est tres jolie et naturelle en effet mais je ne ressens rien d'autre chez elle.

    RépondreSupprimer
  10. L'acord vinyle ça peut être du Sudéral (IFF) modifié. Il y a déjà une note similaire dans le Miss Boucheron (toujours IFF).
    L'odeur salon de coiffure - c'est du salicylate épicée oeillet avec une pointe de rose acide et un qqch de vert strident (de l'air du temps bon marché).
    Le vernis à ongle c'est de l'acétate de benzyle (beaucoup) et un peu ionone a - alcools rose.
    Le rouge à lèvres - ionone a + geraniol/citronellol, frambinone + un peu esters fruités.

    RépondreSupprimer
  11. SPFI: dis-moi ce que tu en penses lorsque tu l'auras senti!

    RépondreSupprimer
  12. Octavian: wow. Merci. En effet, le Suédéral, ça me semble très juste maintenant que tu le dis.
    J'irai sentir le Miss Boucheron.

    RépondreSupprimer
  13. Tu n'aimeras pas du tout le Miss Boucheron (il est un peu baroque) mais sens-le avec attention pour voir les facettes.

    RépondreSupprimer
  14. Octavian: mes devoirs de duty-free, alors!

    RépondreSupprimer
  15. En 1983, j'ai beaucoup aimé Paris. J'aime bien cette "Parisienne" que je trouve pimpante. Là encore, rien de révolutionnaire mais j'apprécie ce genre de rose poudrée et gourmande. Elle me fait penser aux déclinaisons de Paris, version eau de printemps. Je crois que je pourrais le porter un été.

    RépondreSupprimer
  16. Rebecca, j'ai ressenti Paris à côté: la bombe. Mais je comprends qu'on puisse hésiter devant une telle ampleur, et préférer une version plus transparente.

    RépondreSupprimer
  17. Pour le choix de la parisienne, j'aurais pensé à Audrey Marnay, j'aime bien son joli minois si spécial!Mais bien-sûr avec Kate Moss ils vendront sûrement mieux ce jus! A propos de la Moss, qu'avez-vous pensé de son parfum, "Kate"?
    Muguette

    RépondreSupprimer
  18. C'est vrai, Muguette, Audrey Marnay aurait été parfaite! Mais je n'ai pas senti le parfum de Kate...

    RépondreSupprimer