lundi 30 mars 2009

Studio Harcourt, a whiff of retro glamour (for your boudoir though, not your skin)

Have you noticed how good house fragrances are getting? Some are giving personal perfumery a run for its money, at a time when many mainstream offerings – and even some niche – are little better than improved shampoo or shower gel fruit-floral-musk combos.

The Cire Trudon candles, for one, have been generating a lot of buzz, and rightly so: their scents are composed exactly like personal fragrances, with top, heart and base notes. They’ve got a concept (historical characters or places) and, most importantly, they smell so lovely it’s all I can do not to rub the wax on my pulse points. Ramdane Touhami should definitely be looking at starting his own line by now (as though there weren’t enough new niche perfumery brands already… still, he’s got a great feel for artistic direction.)

The latest case in point is the signature fragrance designed for the Studio Harcourt in Paris.

Since 1934, every star in Paris (and quite a few unknowns) has been beating a path to Harcourt to have their glamour shots taken. Harcourt still do their portraits in the same, old-school, black and white style, and to match their retro sensibility, have commissioned a signature scent to one Fabrice Olivieri, associate perfumer at Trend’s Lab (note how the French over-apply the apostrophe-s – it’s driving me out of my mind), who has apparently done work for L’Artisan Parfumeur. His Harcourt room spray is so utterly lovely I couldn’t resist trying it on my skin in the interest of science.

The result, somewhat befittingly for such a historical outfit, was a fragrance that developed at the speed of a silent movie run on a modern projector: first, a totally vintage-smelling burst of rose-lilac on a cloud of white, fluffy musk; then something slightly pomander-like (cinnamon and ginger) with a spoonful of honey, that resolved into sandalwood and cashmere wood (which is of course IFF’s Cashmeran, a soft, musky, woody balsamic material), before dissolving into a powdery musk base that went on forever…

On skin, the whole show was over in ten minutes. On house fabrics, it gives a cozy, sophisticated boudoir feel to any room – upholstered brocade chairs, canopy bed and swan’s down powder puffs strewn on the dresser… Unabashedly girly, but in a 1930s drawing room comedy kind of way. I’ve been spraying it obsessively in my bedroom.

On to you: what are the house fragrances you wish were made for skin?

The Studio Harcourt room spray and candle are, for the time being (as far as I can tell) exclusively distributed by The Beauty Lounge in Paris, but they do ship abroad.

Image: Brigitte Bardot in a Studio Harcourt portrait.

Studio Harcourt, un parfum d'ambiance rétro qu'on aimerait avoir dans (ou plutôt sur) la peau

Avez-vous remarqué à quel point les parfums d’ambiance se sont améliorés ces derniers temps ? Certains sont largement aussi bons que des parfums de peau, à une époque où plusieurs de ces derniers (y compris dans des marques de niche), avec leur ressassement du trio fruits-fleurs-muscs, se hissent à peine au niveau des shampooings ou gels douches. Dont certains, au demeurant, sont excellents…

Ainsi, les bougies Cire Trudon sont en passe de devenir cultes, et à juste titre : leurs fragrances sont composées exactement comme des parfums personnels, avec des notes de tête, de cœur et de fond, un concept (personnages ou lieux historiques) et, surtout, elles sentent tellement bon qu’on a du mal à ne pas s’enduire de cire les poignets et l’arrière des oreilles. Ramdane Touhami doit être en train de réfléchir au lancement de sa propre ligne de parfums à l’heure qu’il est. Sinon, il devrait. Non qu’on ait besoin d’une énième marque de parfumerie de niche. Mais l’homme est doué pour la direction artistique, manifestement.

Le dernier en date des parfums d’ambiance ultraconfidentiels et potentiellement cultes est celui du Studio Harcourt. Depuis 1934, pas une star n’est passée à Paris sans s’y faire tirer le portrait ; la maison travaille toujours dans le style glamour à l’ancienne -- éclairages soignés et noirs et blancs lumineux -- qui est devenu sa marque de fabrique. Le parfum d’ambiance (et sa bougie) commandés à un certain Fabrice Olivieri, parfumeur associé chez Trend’s Lab (qui a aussi travaillé pour L’Artisan Parfumeur), fait merveilleusement écho à la sensibilité rétro des portraits d’Harcourt. C’est si joli que je n’ai pas pu résister à m’en vaporiser un peu sur la peau, dans l’intérêt de la science.

Le parfum s’y est développé à la vitesse d’un film muet sur un projecteur moderne : d’abord, une bouffée d’accord rose-lilas furieusement vintage couchée sur un nuage de musc blanc vaporeux ; puis, des accents épicés de cannelle et de gingembre relevés d’une cuillerée de miel, sur un fond de santal et de bois de cachemire (le Cashmeran d’IFF, un matériau doux, musqué, boisé et balsamique), avant de se dissoudre dans une base de musc poudré qui tient même après la douche…

Sur peau, en dix minutes, c’était emballé. Sur les tissus d’ameublement, Harcourt dégage une sensualité douillette et sophistiquée de boudoir – fauteuils en brocard, lit à baldaquin et houppettes de cygne éparpillées sur la coiffeuse… C’est totalement girly, mais la girl en question est celle d’une comédie des années 30…

À vous : quels sont les parfums d’ambiance que vous porteriez volontiers sur peau ?

Le parfum d’ambiance et la bougie Harcourt Studio sont distribués par The Beauty Lounge à Paris.

Image: Dalida photographiée par le Studio Harcourt.

jeudi 26 mars 2009

No, Jean-Claude Ellena isn't a Minimalist (and he says so himself)

Less is more.

The founding axiom of the Minimalists is such a catch-all phrase that it can practically be applied to any artistic process based on formal simplicity and an economy of means. Whether in interior decoration, design or fashion, the term “minimalist” is often used indiscriminately. In perfumery, it is commonly applied to the style of Jean-Claude Ellena.

Short formulas, a deliberately pared-down palette, extremely legible fragrances: in his compositions, Hermès’ perfumer always seems to strive for the simplest possible way of expressing his intention – for what is called, in the realm of science, an elegant solution. This streamlined and limpid style is probably what has led many commentators – including myself, in an article published last September in the French art review Particules and reproduced in this blog (click for Parts I and II) – to label him, a little hastily, a Minimalist.

Jean-Claude Ellena rejects this label. This is what he wrote to me after reading my article, in a private email from which he has kindly allowed me to quote:

“I don’t feel minimalist in my olfactory writing. The Que Sais-Je on perfume gives a definition of minimalism in which I don’t recognize myself. In fact, I try to reconcile the perceptible and the intelligible, in resonance with the philosophy of Camus, who sought to rehabilitate perception in a world dominated by reason (read “Helen’s Exile”, The Invisible Summer, Albert Camus).”

I’ve never read Camus, a shortcoming (especially when you’ve got a PhD in French literature) I will soon remedy. But I have re-read Jean-Claude Ellena’s Que Sais-je, Le parfum :

Minimalists play on odor for the sake of odor, stripped of any sentiment.” (p.79, my translation).

If you go by a stricter definition of Minimalism, rather than by the more general meaning it has acquired over the years, Mr Ellena is absolutely right: he is not a Minimalist, far from it.

The Minimalist movement was born in the 60s as a reaction to the subjective overflow of Abstract Expressionism and the figuration of Pop Art, essentially in arts (Donald Judd, Dan Flavin, Frank Stella, Carl Andre), but also in architecture (Mies van der Rohe, Buckminster Fuller) and music (Steve Reich, Philip Glass, LaMonte Young, Michael Nyman).

The Tate Gallery website icely sums up the main characteristics of the school. So rather than paraphrase them, I will quote them directly:

“We usually think of art as representing an aspect of the real world (a landscape, a person, or even a tin of soup!); or reflecting an experience such as an emotion or feeling. With Minimalism, no attempt is made to represent an outside reality: the artist wants the viewer to respond only to what is in front of them. (…) Minimalist painter Frank Stella famously said about his paintings 'What you see is what you see'. (…)Minimal art does not refer to anything beyond its literal presence”

Now, when Jean-Claude Ellena composed Kelly Calèche, inspired by the delicate smell of certain leathers, or when he created the Jardins series, he obviously drew from his experience of the real world:

“To create is to interpret odors by changing them into signs, so that those signs convey meaning; the smell of green tea becomes the sign of Japan, flour the sign of skin, mango the sign of Egypt.” (Que Sais-je, p.59)

Granted, this inspiration is transposed, reworked, streamlined, but the referent is maintained. In that respect, Jean-Claude Ellena’s creative process can’t be called minimalist, since it evokes. Even the Hermessences, whose extreme simplicity and short formulas seem to stem from a minimalist approach, still represent something real (vetiver, tonka beans, amber, osmanthus, etc.)… Thus, for Un Brin de Réglisse, Jean-Claude Ellena explains in his email :

“It wasn’t a matter of emptying lavender of its substance, but of revealing it. You must know that when lavender is distilled, the heat (120°C) and water produce artefacts in the essential oil, i.e. substances that don’t exist in the natural state of lavender. Because I have a concrete knowledge of lavender, I had certain ingredients removed which didn’t exist, or hardly existed, in the smell of lavender. Which allowed me to recover the SMELL. This difficult and very costly task, which would have been impossible to carry out three years ago, wasn’t sufficient to create a fragrance, hence the daring association with licorice.”

It isn’t a question of the material for the material’s sake, but of stylizing the perceptible reality through the interplay of streamlining and connections: we never really leave the realm of the figurative. Which means, once more, that Jean-Claude Ellena cannot be defined, strictly speaking, as a Minimalist.

Hence this long corrective footnote to my initial post: I wish to thank Jean-Claude Ellena for having taken the time to shed light on the matter.

For an account of Jean-Claude Ellena's conference at the Institut Français de la Mode on March 11th 2009, click here and here; for an overview of his October 15th 2008 conference at the Société Française des Parfumeurs, this will take you to 1000fragrances.

Click here for Octavian's review of the latest Hermessence, Vanille Galante, and here for mine.

Image: Frank Stella, Blue Horizon, 1958

Non, Jean-Claude Ellena n'est pas un Minimaliste (et il le dit)

Less is more.

L’axiome fondateur des Minimalistes est tellement passe-partout qu’on peut pratiquement l’appliquer à toute création artistique reposant sur la simplicité formelle et l’économie de moyens. On ne s’en prive d’ailleurs pas : qu’il s’agisse de décoration, de design ou de mode, l’adjectif « minimaliste » est souvent dispensé à tort et à travers. Et notamment, en parfumerie, à Jean-Claude Ellena.

Formules courtes, palette délibérément réduite, parfums éminemment lisibles : le parfumeur d’Hermès semble rechercher, dans ses compositions, le geste le plus simple possible – ce qu’en science on appelle une solution élégante. Ce dépouillement et cette limpidité de style lui ont valu l’amalgame un peu expéditif auquel j’ai moi-même eu recours dans un article paru en septembre dernier dans le magazine d’art Particules (reproduit sur ce blog: 1ère partie et 2ème partie).

Or Jean-Claude Ellena récuse l’épithète de minimaliste. Voici ce qu’il m’écrit en réaction à mon article, dans une communication personnelle dont il m’a aimablement autorisée à reproduire des extraits :

« Je ne me sens pas minimaliste dans mon écriture olfactive. Le Que Sais-Je sur le parfum donne une définition du minimalisme dans lequel je ne me retrouve pas. Je cherche en fait à concilier le sensible et l’intelligible, en résonance avec la pensée camusienne qui cherchait à réhabiliter le sensible dans un monde ou la raison domine (lire « L’Exil d’Hélène », L’Été, Albert Camus). »

Je n’ai pas lu Camus et c’est un tort (surtout lorsqu’on a un doctorat de littérature) que je m’apprête à réparer. En revanche, j’ai consulté de nouveau le Que Sais-Je rédigé par Jean-Claude Ellena :

« Les Minimalistes jouent l’odeur pour l’odeur, nue de tout sentiment. » (p.79)

Si l’on se fonde sur une définition plus stricte de ce mouvement artistique et non sur celle, plus générale, qu’a acquis le terme au fil des ans, M. Ellena a absolument raison : il n’est pas un Minimaliste, loin s’en faut.

Né dans les années 60, le Minimalisme est une réaction aux débordements subjectifs de l’Expressionisme abstrait et à la figuration du Pop Art, essentiellement dans le domaine des arts plastiques (Donald Judd, Dan Flavin, Frank Stella, Carl Andre), mais aussi de l’architecture (Mies van der Rohe, Buckminster Fuller) et de la musique (Steve Reich, Philip Glass, LaMonte Young, Michael Nyman).

Le site de la Tate Gallery résume très bien les principales caractéristiques du mouvement. Je me permets donc d’en traduire un extrait plutôt que de le paraphraser :

« Nous envisageons habituellement l’art comme la représentation d’un aspect du monde réel (un paysage, une personne, voire une boîte de soupe !), ou comme le reflet d’une expérience -- d’une émotion ou d’une sensation, par exemple. Dans le Minimalisme, il n’y a aucune tentative de représenter une réalité extérieure : l’artiste demande au spectateur de réagir uniquement à ce qui est en face de lui. (…) Comme le disait le peintre minimaliste Frank Stella au sujet de ses tableaux : What you see is what you see. (…) L’art minimal ne se réfère à rien en dehors de sa présence littérale. »

Or, lorsque Jean-Claude Ellena compose Kelly Calèche en s’inspirant de l’odeur délicate de certains cuirs, ou lorsqu’il crée la série des Jardins, il est évident qu’il puise dans son expérience du monde réel :

« Créer, c’est interpréter les odeurs en les changeant en signes, et que ces signes véhiculent du sens ; l’odeur du thé vert devient signe du Japon, la farine signe de peau, la mangue signe de l’Égypte. » (Que Sais-je, p.59)

Cette inspiration est certes transposée, retravaillée, épurée, mais le référent demeure. En cela, la démarche de Jean-Claude Ellena ne saurait être qualifiée de minimaliste, puisqu’elle évoque. Même les Hermessence, dont l’extrême simplicité et les formules courtes sembleraient relever, en effet, du minimalisme, continuent à représenter (le vétiver, la fève tonka, l’ambre, l’osmanthus, etc.)… Ainsi, pour Un Brin de réglisse, explique Jean-Claude Ellena dans le courrier cité ci-dessus :

« Il ne s’agissait pas de vider la lavande de sa substance mais de la révéler. Il faut savoir que lorsqu’on distille de la lavande, la chaleur (120°) et l’eau produisent dans l’huile essentielle des artéfacts, c’est-à-dire des substances qui n’existent pas à l’état naturel dans la lavande. Ayant une connaissance sensible de la lavande, j’ai fait retirer quelques éléments qui n’existent pas ou peu dans l’odeur de lavande. Me permettant ainsi de retrouver l’ODEUR. Ce travail difficile, impossible à réaliser il y a 3 ans, et fort coûteux ne suffisait pas à créer un parfum, d’où cette association audacieuse de réglisse. »

Il ne s’agit donc pas de jouer la matière pour la matière, mais d’en styliser la réalité sensible à travers le jeu des épures et des rapprochements : on ne quitte donc jamais entièrement le domaine de la figuration. Là encore, on ne peut qualifier Jean-Claude Ellena de Minimaliste stricto sensu.

D’où ce long correctif à mon jugement hâtif : je remercie Jean-Claude Ellena d’avoir pris le temps, et la peine, de le rectifier.

À lire aussi :

- Compte-rendus de la conférence de Jean-Claude Ellena à l'IFM le 11 mars 2009, 1ère et 2ème parties; à la Société Française des Parfumeurs le 15 octobre 2008 sur 1000fragrances (en anglais).

- Trois lectures critiques du plus récent Hermessence, Vanille Galante, sur 1000fragrances, et Grain de Musc.

Image: Carl Andre, Alcloud, 2007.