mercredi 25 août 2010

Eau Claire des Merveilles: l'Aphrodite d'Hermès



La nouvelle Eau Claire des Merveilles d’Hermès est un parfum curieusement fascinant malgré son développement en sourdine, et qui m’intrigue depuis trois jours que je le porte. Cette trace de glace à l’orange sur cuiller d’argent (aldehydes, citrus et iris) qui se fond dans une note de lait condensé sucré… Serait-ce le plus furtif des parfums gourmands ? Mais alors, ce soupcon infime de levure et de fromage prélevé au laser sur un pétale de gardenia… et cette note saline-métallique que l’on goûte presque sur la langue… Décidément, cette eau est plus trouble que claire et curieusement, le mot qu’elle évoque est celui de “laitance”. Non que l’Eau Claire des Merveilles ait des relents de marée (on n’est pas dans le caviar de Womanity) mais entre le lait, le moussu-boisé – les lactones, l’iris et les aldéhydes peut avoir des effets de peau, de cuir chevelu surtout -- et la réminiscence iodée de l’ambre gris, quelque chose de nettement humain s’est infiltré dans le flacon. En général, lorsqu’on dit qu’un parfum est « de peau », c’est pour l’excuser de ne pas être assez diffusif, ce qui est, en somme, un défaut technique. Mais l’Eau Claire des Merveilles pourrait vraiment être l’émanation d’un corps.

Cependant, je n’arrive pas à décider s’il s’agit là d’une odeur animale non-érotique, une odeur de tête de bébé, ou au contraire, d’une allusion discrète à leur origine. Après tout, Aphrodite est bien née de l’écume ; suivez la peau laiteuse d’une cuisse et vous échouerez sur les berges d’une mer intérieure… Serait-ce donc là, plutôt qu’un gourmand, du plus furtif des parfums érotiques, la réponse intensément civilisée de Jean-Claude Ellena sous forme de yin stylisé au yang de Sécrétions Magnifiques ? Ou alors, c’est tout dans ma tête parce que je suis d’humeur… badine.




Illustration: Le Corrège, Vénus, Mercure et l'Amour

14 commentaires:

  1. Bonsoir Denyse, est il déjà sorti ou est ce une exclusivité en avant-pemière ?...
    j'ai été au stand Hermès du Printemps cette semaine et ils n'avaient rien qui ressemblait à cette Eau Claire, du moins, pas mis en évidence...
    cela m'intrigue beaucoup en tout cas !

    RépondreSupprimer
  2. Jeanne, il me semble bien l'avoir vu au Printemps à ce moment-là? J'ai eu mon échantillon au BM. Il est vrai que les flacons se ressemblent beaucoup...

    RépondreSupprimer
  3. ils l'ont en démonstration au stand hermès des galeries, ça j'en suis sûre! Je l'ai senti rapidement, il m'a semblé pas mal du tout mais je l'ai senti trop furtivement, il faut que je m'y attarde plus longuement!

    RépondreSupprimer
  4. Sophie, merci de cette confirmation. Ce n'est pas un parfum à grand spectacle mais il a quelque chose de très séduisant.

    RépondreSupprimer
  5. Du premier pschitt, j'ai adoré Eau des Merveilles, mais ensuite je m'en suis lassée et mes affections se sont reportées sur Elixir des Merveilles. Celui-ci semble être quelque part entre les deux - mi-salé, mi-sucré? Ça me donne envie de le sentir en tout cas.

    RépondreSupprimer
  6. Tara, plus sucré que salé -- une vraie note de lait condensé sucré, mais très fine, vanillée. Mais il y a réellement un petit côté "sel de mer".

    RépondreSupprimer
  7. Un côté caramel au beurre salé ?? Hum pas sûr que ce soit le genre de parfum qui me séduise mais ces lignes m'ont vraiment convaincue de le tester au plus vite : à défaut d'être conquise, je suis intriguée... limite tentée !
    alizarine

    RépondreSupprimer
  8. Alizarine, où ai-je dit "caramel au beurre salé"? Non, on est plutôt du côté du lait condensé sucré avec une petite note saline, on n'est pas dans L de Lolita Lempicka, et même ce côté sucré est traité à la Jean-Claude Ellena, c'est-à-dire tout en légèreté...

    RépondreSupprimer
  9. Séduite mais tenue questionnable sur papier. Avez-vous une idée sur ce point là ?

    RépondreSupprimer
  10. Anosmie au musc, peut-être? Il est vrai que les compositions de JCE ne sont pas toujours très rémanentes, mais je viens de repasser une robe où pourtant je ne l'avais pas vaporisé directement et l'odeur est bien remontée au bout de quatre jours. Je l'ai trouvé tout de même assez tenace sur peau.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne l'ai sentie qu'une fois et sur ma peau de surcroît mais l'essai ne fut pas concluant. J'ai trouvé que l'eau claire était floue, cheap, avec une note d'orange et de papier mâché et j'ai presque pensé avoir vaporisé un factice!!! Mais non, j'ai bien eu la confirmation que c'était le bon testeur. Ta description m'encourage à aller la ressentir mais bien que bien placée pour le faire, c'est drôle, je ne me sens malgré tout pas très pressée de le faire!!! Ceci dit, je préfère de loin les masculins de JCE.

    RépondreSupprimer
  12. Rebecca, je ne crois pas qu'il s'agisse là d'un JCE grand cru mais pour l'avoir porté trois jours d'affilée j'ai, heureusement, perçu bien plus que du papier mâché et de l'orange cheap! A tel point que je me suis demandé si ce n'était pas une acquisition éventuelle...

    RépondreSupprimer
  13. Personnellement je l'ai uniquement trouvé dans la boutique Hermès - Lille ( il est introuvable chez Nocibé, Marionnaud, Printemps ou GL, du moins sur Lille ). Et je le trouve vraiment génial, plus pétillant qu'Eau des Merveilles, un coup de jeune pour Elixir, la touche Jeunesse de la gamme, avec un côté " ingénue et innocence ".

    Très belle publication en tout cas !
    R.

    RépondreSupprimer
  14. R., voyez, on peut réellement avoir deux perceptions de cette Eau Claire: pour moi elle est discrètement mais délicieusement sensuelle, pour vous elle est innocente. C'est peut-être moi qui ai l'esprit mal tourné!

    RépondreSupprimer