jeudi 7 juin 2012

Parlez-moi de la nouvelle Habanita...



J’ai commencé à écrire sur Habanita dans les années 80. D’ailleurs, en ouvrant un vieux journal intime durant le développement de Séville à l’aube parce que je voulais que Bertrand Duchaufour tienne compte du fait que je portais Habanita dans la scène qui l’avait inspiré, j’ai découvert ceci sur la première page :

“Habanita. Ma vie, depuis que je l’ai connu, n’a-t-elle pas été toute entière tendue vers ce parfum ? Il me semble que j’ai dû passer les quatre dernières années à arriver jusqu’à lui, au rebours de ces femmes qui s’éloignent peu à peu du parfum qu’elles ont choisi, ou de celles qui s’y cramponnent par peur de changer.
Habanita : j’accomplis ce parfum peu à peu. Je fume des Havane maintenant. Je porte des œillets dans les cheveux. Je m’enveloppe de robes en soie dansantes qui font saillir les seins, les hanches. J’ai envie, depuis l’Andalousie, de me sentir ainsi, lourde, chaude et un peu moite dans une robe qui suit mon corps et le caresse.
Habanita : l’Espagne. Séville. Le lieu où j’ai trouvé mon parfum. L’odeur, aussi bien, de l’encens et de la fleur d’oranger.”

La fête de lancement de la nouvelle version d’Habanita organisée le jour de la Saint-Valentin par Molinard était inventive et charmante. La maison grassoise avait privatisé l’Alba Opéra, un petit hôtel parisien auquel ses propriétaires ont su conserver un petit air interlope de nid d’amours adultères. En se promenant d’une suite à l’autre, on pouvait se faire faire un tatouage temporaire, apprendre une danse des éventails avec une danseuse de burlesque, customiser Habanita avec des bases prêtes à l’emploi ou savourer un bon cigare avec les dames de la Civette, le tabac du Palais Royal.

Et pourtant, lorsque j’ai voulu rédiger mon avis, j’ai bloqué. Ce n’est pas que la reformulation me donne des boutons : Habanita n’a pas été transformé en floral fruité ou en musc lessiviel, et reste fidèle à sa réputation de « parfum le plus tenace du monde ». J’ai même réussi à apprendre un petit scoop, le nom du parfumeur ayant composé le parfum : un certain M. Boucanier.

Mais je ne peux pas écrire. Habanita, c’était moi. Découvrir cette version rajeunie, c’est comme regarder une vieille photo de moi qui aurait été retouchée avec Photoshop. 

Donc, une fois n’est pas coutume, je vous cède la parole.  

Je tirerai au sort cinq échantillons du nouvel Habanita parmi ceux ou celles qui, dans un commentaire, se porteront volontaires pour faire part de leurs impressions, même très brèves, dans un mois. 

Mieux vaut avoir une ancienne version pour comparer, mais ce n’est pas essentiel. Si d’aventure vous aviez envie d’écrire un avis plus étoffé, dites-le-moi dans un mail : je le publierai. 



Image du haut, La Maja Maldita, portrait de la danseuse Carmen Tortola Valencia par Federico Beltran Masses (1918).
Image du bas, la publicité Habanita 2012.   

18 commentaires:

  1. Je veux bien essayer même si ce sera un avis de néophyte étant donné que je suis une perfumista débutante. (j'ai découvert l'ancien Habanita il y a à peine trois mois en essayant de me cultiver sur les parfums, avant jamais je n'aurais prêté attention à ce flacon sombre planqué tout en bas d'une étagère !)

    RépondreSupprimer
  2. Lucie, bien qu'il y ait eu des petites campagnes de "relancement" de temps en temps (dans les 80s et les 90s), Habanita a en effet toujours été un parfum un peu "sous le radar". C'est même parce que peu de gens le connaissaient que je m'y suis intéressée lorsque je l'ai découvert chez Beauté Divine, la boutique de Régine de Robien près de Saint-Sulpice, dans les années 80.
    Et c'est très bien de se cultiver sur les parfums, les passionnés en passent tous forcément par là!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Denyse,

    je le testerais plus qu'avec bonheur, même si je vais pleurer des larmes amères, je ne veux pas qu'il change. J'ai beau tester des tas de trucs, je ne peux me séparer de ce parfum, car, détrompez-vous, ce n'est pas le vôtre, c'est le mien, un parfum qui rend jalouse, on ne le veut que pour soi. La note de tête n'est pas ce que je préfère mais elle s'en va vite et les traces qu'il laisse dans tous mes vêtements des mois après encore est toujours aussi magnifique. On ne se remet jamais d'Habanita. On ne pourra plus trouver l'ancien ? Dites le moi vite que je coure m'acheter un container entier.
    Bien à vous,
    hélène

    RépondreSupprimer
  4. "Habanita", c'était quand ma mère en parlait un parfum chargé d'érotisme et de... vulgarité ! Evidemment j'ai eu envie de le tester, de le porter et ma foi ce parfum du Diable ne m'a pas fait vraiment des avances, j'étais trop jeune, trop gamine, enfin pas son genre peut-être. Ensuite je l'ai oublié pendant des décennies mais en même temps je le gardais dans un coin de mes projets olfactifs mais voilà ce second rendez-vous n'a pas eu lieu. Et je me dis que peut-être pour cette deuxième chance, devrais-je me tourner vers le second Habanita, celui-ci ? En résumé, en recevoir un échantillon me ferait un immense plaisir, question de régler mes comptes avec lui (et si c'était lui, Mon parfum ??)
    alizarine

    RépondreSupprimer
  5. Hélène, c'est curieux, pour moi c'est le contraire: quand je rencontrais d'autres femmes Habanita j'avais l'impression de rencontrer les complices d'une espèce de société secrète, une "consoeurie"... Il est si peu courant.
    Pour l'ancien, aucune idée, désolée. Ça doit encore se trouver.

    RépondreSupprimer
  6. Alizarine, j'adore, j'adore, j'adore votre histoire. Je comprends votre mère et je vous comprends. Oui, il est érotique, il est too much : excellente raison pour qu'une fille en brave l'interdit, mais aussi s'en trouve un peu saisie! Ça ne m'étonne pas qu'il y ait du règlement de comptes dans l'air, c'est son côté Carmen!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Denyse,

    En lisant votre article, j'ai commencé par sentir se lever un vent de panique : comment, "Habanita" reformulée ? Va-t-il donc falloir que je me lance dans une recherche d'extrait vintage pour un stockage massif avant l'irréversible ? Car j'ai quelques regrets sur certains jus dont on m'a privé bien à mon insu.
    "Habanita", c'est un de mes parfums ''talisman'', de ceux qui m'on marqué olfactivement à la premiere rencontre. Je devais avoir dans les 13-14 ans... Et je l'ai porté dés 20 ans, comme une brume magique, je puisais dans sa force et adorais son moelleux, tellement plus captivant, à mon sens, que les parfums timides que portaient mes amies. 20 ans plus tard, je le porte toujours, avec autant de réussite, ce qui n'a pas toujours été possible avec d'autres jus croisés dans ma jeunesse...
    Donc, en apprenant cette étrange nouvelle (pourquoi toucher à une telle création ?), je me suis précipitée dans mes repères parfumés habituels pour vérifier par moi-meme. Sauf que pour le moment, impossible de le trouver en version 2012, il n'est pas encore arrivé dans ma province !
    Reste qu'en passant la tete chez l' ''Artisan parfumeur'' et en demandant à tout hasard, j'ai pu tester ''Séville à l'aube''... Un peu de baume sur mon coeur angoissé : meme si Habanita changeait à l'avenir, je reconnais la filiation dans le coeur de votre parfum. Cette pulsation sourde après quelques heures, qui vous accompagne pour le reste de la journée... "Séville à l'aube" m'a aussi évoqué irrésistiblement un autre de mes parfums très aimés et désormais introuvable : Bal à Versailles.
    Alors, je suis finalement repartie le coeur plus léger, avec la certitude d'un nouvel amour parfumé pour très bientot...

    RépondreSupprimer
  8. Ajisai, le nouvel Habanita n'est pas radicalement différent du précédent, mais si c'est ce dernier que vous aimez, ce n'est peut-être pas idiot de faire quelques stocks...
    Je suis très touchée de ce que vous me dites de Séville à l'aube, et vous ne savez pas à quel point vous tombez juste avec Bal à Versailles! Ce n'est pas une inspiration directe même s'il s'agit de la même famille olfactive -- mais justement, dans mon livre, Bal à Versailles joue un certain rôle assez important dans mon histoire de famille. Nous nous sommes donc croisées olfactivement à plusieurs reprises sans nous connaître!

    RépondreSupprimer
  9. je viens à peine de découvrir votre article et je ne rebondis que maintenant dessus.
    c'est marrant que vous parliez de croiser des femmes qui portent habanita et d'avoir la sensation d'appartenir à un cercle fermé, une confrérie, ça m'a toujours fait a même chose, c'est tellement rare d'en croiser! comme un secret, un sortilège, bien gardé!

    et oui c'est un parfum érotique, on m'a un jour dit que je portais un parfum aphrodisiaque...

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Denyse,

    Je lis vos analyses olfactives avec énormément de plaisir. Mon premier parfum était "Après l'ondée", j'ai apprécié votre article sur lui et je l'ai redécouvert grâce à vous. Merci.
    En lisant votre article sur Habanita, j'ai eu envie de le découvrir, mais je n'ai trouvé que l'eau de toilette à sentir. Lors de la vaporisation sur mon poignet, j'ai eu plutôt du déplaisir, mais quelle tenue et trois heures plus tard je reconnais que mon nez été collé en permanence à mon bras. Un vrai plaisir moite et sucré, à la limite de l'addiction. Plusieurs personne m'ont complimenté d'un "Tu sens très bon"... Exceptionnel. J'espère pouvoir découvrir grâce au tirage au sort le parfum...
    Véronique

    RépondreSupprimer
  11. Sophie, désolée, moi je ne tombe sur votre commentaire que maintenant, mais je suis ravie que vous partagiez mes sentiments sur la "consoeurie" Habanita!

    RépondreSupprimer
  12. Véronique, le tirage au sort est fini depuis un petit moment... Mais la nouvelle eau de parfum est maintenant sûrement disponible, non?

    RépondreSupprimer
  13. Et bien moi, je suis très déçue de la nouvelle eau de parfum.Elle n'a pas le même sillage que ma vieille eau de toilette Habanita, ni la même tenacité.Je suis très triste de la cessation de fabrication de l'ancienne version. Je porte ce parfum depuis plus de 15 ans et je me sens orpheline,étrangère à moi- même.Cette odeur que j'aimais et qui m'étais familière me manque terriblement.J'ai pensé tenter d'en trouver sur internet, mais je crois que quitte à me résoudre à cette cruelle et tragique fin d'histoire d'amour, je dois dès maintenant trouver une nouvelle fragrance. La nouvelle version d'Habanita n'est pour moi qu'un ersatz de l'ancienne.Je ne peux pas l'accepter.Quelle erreur pour Molinard qui trahit ses fidèles adeptes.
    Virginie

    RépondreSupprimer
  14. Virginie, je comprends votre chagrin, et même votre détresse: porter un parfum ancien, c'est s'exposer à le perdre au détour d'une reformulation... A la décharge de Molinard, sans doute les réglementations sur les matières premières ont-elles imposé de telles contraintes que cette transformation était incontournable.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,

    Ce parfum est source de nombreux souvenir car c’était celui de ma grand-mère.

    Sachez que ce mythique parfum Habanita de 1921 est disponible sur le site internet Molinard le temps d’une Vente Limitée de 3 jours (du 13 au 15 décembre 2013) : http://www.molinard.com/fr/articles/inedit-l%27eau-de-toilette-habanita-300-ml-a-prix-usine.1011.html

    C’est super ! Donc je fais partager =)

    RépondreSupprimer
  16. Judi, normalement je ne raffole pas des liens commerciaux dans les commentaires, mais puisque c'est Habanita, que c'est Noël et que c'est le parfum de votre grand-maman... allons-y!

    RépondreSupprimer
  17. Pendant 45 ans de ma vie parisienne tous les parfums étaient admissibles, la vie citadine vous ouvrait tout les champs parfumesques posssibles.

    Atterrissant dans le Berry profond...le sujet devint moins évident...

    Un WE à la campagne avec une eau légère Ok !
    Une vie qui se terminerait là ....dans le Berry, sans autre alternative qu'une eau fraîche,..... qu'un léger fleuri, moi qui ne succombe qu'aux aux parfums lourds, entêtants...

    L'orient dans le Berry, ça n'allait pas pouvoir être possible !!

    Je dois vous dire que le Berry, ce n'est pas n'importe quelle campagne....pas une campagne riante et joyeuse qui vous accueille aimablement le temps d'un WE.. , vous et votre Vent Vert.....

    Non, ma Campagne à moi, c'est celle de Georges Sand,...... Noire ...Apre.......Celle des "Mares au Diable"......Des paysans taiseux...... des odeurs de bouses......de fumier.....de suint...
    Franchement, ici, se parfumer avec mon "Femme" friserait l'inconvenance.

    Tant pis que je les réserverai "Aux replis de mes draps!"......

    Puis, un jour, ma chasseuse impénitente devant l'éternel, Volga eu du mal à me retrouver après une cavalcade de 2 heures derrière un sanglier, là, devant la déficience évidente du flair de ma copine de vadrouille, ce fut comme une évidence....Il fallait ABSOLUMENT que je me parfume....DANS LE BERRY !!!

    Après vous avoir lus et relus gentils Btesteurs....ce fut HABANITA !!

    -"Le plus tenace du monde"
    - Licencieux.....Costaud....Immonde......Charnel....Pour une séductrice....(qui séduire au fond des bois?)......Pour l'hiver...pour l'été...
    J'ai donc raflé tout ce que j'ai pu d'Habanita sur le forum (Merci donc à toutes )
    Là !! Révélation !!
    J'aime les odeurs de bouses...de fumiers....d'étables......de lait qu'on vient de traire.....et MERVEILLE DES MERVEILLES!!! toutes ces odeurs animales sont en accord parfait avec ce Parfum que je n'aurais vraiment pensé être un parfum pour la campagne.

    Et le must du must..
    C'est quand après une longue galopade à cheval, vous vous penchez sur l'encolure fumante de votre bête et que votre Habanita vient de fondre dans sa crinière....... votre nez ne sait plus reconnaître ce qui est du parfum et ce qui est de la bête...

    Qui l'aurait cru ? HABANITA un parfum de ferme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Toscane pour ce récit pour le moins inattendu... mais après tout, la fabrique de cigares n'est pas loin des arènes, et de là, bouses et étables ne sont qu'à un jet de mouillettes!

      Supprimer