jeudi 29 mars 2012

Esxence 2012 Live Streaming

Live broadcasting by Ustream
I am off to Milan!

You can follow the discussion panel chaired by Michael Edwards, "Translating Perfume into Words: Writing about an unseen art form" on Friday March 30th at 14.00 (GST +1).

The aim of this workshop is to discuss the correlation between the publishing and the fragrance industries. What are the difficulties of writing about an invisible and incredibly subjective artform? What are the effects that the varied forms of perfume journalism might have on the market?

Chairman: Michael Edwards, author of Fragrances of the World

Mark David Boberick, director, The Perfume Magazine
Elena Knezhevich, founder, Fragrantica
Denyse Beaulieu, blogger and author of The Perfume Lover

Claudia Stagno, journalist, Export Magazine

Grant Osborne, founder, Basenotes
Joe Garces, CEO of Robert Piguet

Mariangela Rossi, journalist Elle Italia and author of The Perfume Book

Sergey Borisov, journalist &

Right after that, on Friday 30th at 15.30 (GST+1), the Italian journalist and author of Proust's Overcoat, Lorenza Foschini, will interview me on The Perfume Lover.

Pour mes lecteurs francophones: Mon interview par Lorenza Foschini, auteur du Pardessus de Proust, aura lieu le vendredi 30 mars à 15.30 en français.

mercredi 28 mars 2012

Jovoy, the French Embassy of Perfumery

4, rue de Castiglione, 75001, Paris. Have you written that down? This is the new address of Jovoy, a diamond’s throw away from the Place Vendôme, which inaugurated last Friday in a surprisingly balmy spring weather that had guests spilling out under the arcades. Marc-Antoine Corticchiato (Parfums d’Empire), Mark Buxton (soon presenting his new eponymous brand), Vero Kern (Vero Profumo), Symine Salimpour and Fabrice Olivieri (Hors Là Monde), Neela Vermeire, Claude Marchal (MDCI), Andy Tauer, Tobias Müksch (Humiecki & Graef), Céline Verleure (Olfactive Studio), Christian David (Honoré des Prés), Gérald Ghislain (Histoires de Parfums) and Élisabeth de Feydeau (Arty Fragrance) all turned up to clink glasses.

With its crimson walls, black shelves and antiques, the new, 175 sq. meter Jovoy feels as much as a salon for perfume lovers as it is a boutique: in fact, there is an area at the back where clients can sit down to compare impressions and experience scents at leisure. As was the case in the first boutique of the rue Danielle Casanova, they can be sniffed in amber bottles rather than on strips; full descriptions of each are accessible.

Owner François Hénin, who also revived the historic house of Jovoy, calls his boutique an “Embassy for rare perfumes”, and like embassies, it has a “consulate”: a travel trunk conceived by T.T. Trunks which will bring a selection of 16 scents to five-star hotel guests, either as a “mini-bar” in suites or as a shop-within-a-shop… (depicted in the French post: scroll down).
After all, for centuries French was the language of diplomacy; and with luxury brands from France, England, Austria, Germany, Italy and Switzerland, Jovoy perpetuates the art of fostering international relations in the most civilized of languages…

Fine fragrance brands: Amouage, Andy Tauer, Atelier Flou, Brecourt, Casamoratti, Clive Christian, David Jourquin, Dorin, Coudray, Evody, Frapin, Grossmith, Histoires de Parfums, Honoré des Prés, Hors Là Monde, Hubert Maes, Humiecki and Graef, Heeley, Isabey, Jacques Fath, Jovoy, LT Piver, Parfums de Marly, Micallef, Miller Harris, Masaki Matsushima, MDCI, Neela Vermeire, Nobile 1942, Olfactive Studio, Parfums d’Orsay, Parfums d’Empire, Poiray, Puredistance, Puro, Rancé, Undergreen, Vero Profumo, Visconti, Xerjoff…

Candles, home fragrances, accessories and trunks : Arty Fragrances, CireTrudon, Pop Up, Heeley, Jovoy, Parfums d’Orsay, Sen7 and T.T.TRUNKS

Monday to Saturday, from 11 AM to 7 PM
4, Rue de Castiglione, 75001 Paris
Tel : +33 1 40 20 06 19

Jovoy, l'ambassade des parfums rares...

Notez bien cette adresse : 4, rue de Castiglione, 75001, Paris. C’est celle de la nouvelle boutique Jovoy, à un jet de cabochon de la place Vendôme, qui célébrait son ouverture vendredi dernier lors d’une soirée de printemps particulièrement suave…
Marc-Antoine Corticchiato (Parfums d’Empire), Mark Buxton (qui présentera bientôt sa nouvelle marque), Vero Kern (Vero Profumo), Symine Salimpour et Fabrice Olivieri (Hors Là Monde), Neela Vermeire, Claude Marchal (MDCI), Andy Tauer, Tobias Müksch (Humiecki & Graef), Céline Verleure (Olfactive Studio), Christian David (Honoré des Prés), Gérald Ghislain (Histoires de Parfums) et Élisabeth de Feydeau (Arty Fragrance): la liste des invités débordant jusque sous les arcades rassemblant le Who’s Who des petites maisons indépendantes.

Le décor écarlate et noir conçu par Géraldine Prieur de Rouge Absolu confère aux 175 m2 de cette nouvelle boutique une ambiance chaleureuse de salon : d’ailleurs, des fauteuils disposés au fond permettent aux amateurs de s’installer pour explorer tranquillement les collections et échanger leurs impressions. Comme dans l’ancienne boutique, les jus peuvent être humés dans des flacons ambrés provenant d’anciens orgues à parfums ; les descriptifs sont présentés sur ces flacons ou sur des tablettes.

Pour François Hénin, propriétaire de la boutique mais également de la maison historique Jovoy qu’il a ressuscitée, ce nouveau lieu est une « Ambassade des parfums rares ». Et comme les ambassades, Jovoy a des consulats : d’époustouflantes malles-cabines contenant une sélection de 16 parfums, conçues en boutiques itinérantes par T.T. Trunk pour être présentées aux clients des palaces, soit en « mini-bar » dans leur suite, soit en « boutique-dans-la-boutique » d’un hôtel. Il s’agissait d’y penser… Après tout, le français a bien été la langue de la diplomatie pendant des siècles. Et avec des marques rares de France, d’Angleterre, d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie ou de Suisse, Jovoy perpétue l’art de cultiver des relations internationales harmonieuses grâce au plus raffiné des langages. 

Parfums: Amouage, Andy Tauer, Atelier Flou, Brecourt, Casamoratti, Clive Christian, David Jourquin, Dorin, Coudray, Evody, Frapin, Grossmith, Histoires de Parfums, Honoré des Prés, Hors Là Monde, Hubert Maes, Humiecki and Graef, Heeley, Isabey, Jacques Fath, Jovoy, LT Piver, Parfums de Marly, Micallef, Miller Harris, Masaki Matsushima, MDCI, Neela Vermeire, Nobile 1942, Olfactive Studio, Parfums d’Orsay, Parfums d’Empire, Poiray, Puredistance, Puro, Rancé, Undergreen, Vero Profumo, Visconti, Xerjoff…

Bougies, parfums maison, accessoires et malles : Arty Fragrances, CireTrudon, Pop Up, Heeley, Jovoy, Parfums d’Orsay, Sen7 et T.T.TRUNKS
Lundi au Samedi, de 11h à 19h
4, Rue de Castiglione, 75001 Paris
Tel : 01 40 20 06 19

mardi 27 mars 2012

Aedes de Venustas: the winners of the draw

The winners of the draw for Aedes de Venustas Eau de Parfum by Bertrand Duchaufour are:

Cheryl Quimby
Joey R
Nancy G

Please send me your details at graindemusc at gmail dot com, and note that the samples might not be shipped before the first week of April as I shall soon be leaving for the Esxence trade fair in Milan.

Aedes de Venustas: gagnants du tirage au sort

Les gagnants du tirage au sort d'un échantillon d'Aedes de Venustas Eau de Parfum par Bertrand Duchaufour sont les suivants:

Air Bureau

Merci de me contacter, comme d'habitude, à graindemusc arobase gmail point com pour me donner votre adresse. Veuillez cependant noter que l'expédition se fera sans doute après Esxence à Milan, donc dans la première semaine d'avril.

Pour ceux et celles qui souhaiteraient découvrir Aedes de Venustas, le parfum est déjà proposé chez Jovoy à Paris.

vendredi 23 mars 2012

Aedes de Venustas, Bertrand Duchaufour's "crazy accord": an interview and a draw

For several weeks during the development of Séville à l’aube, a sharp, tangy green smell permeated Bertrand Duchaufour’s lab. At times, it was so powerful we had to work in a nearby café. This turned out to be “Coeur de rhubarbe” (“rhubarb heart”), the core accord of the signature fragrance Bertrand was developing at the time for Aedes de Venustas, the West Village jewel-box niche perfumery boutique for which he’d already composed an eponymous fragrance in partnership with L’Artisan Parfumeur.

Today, the oddball, jaunty note that overpowered every other smell in the lab has grown into a futuristic rewriting of the green chypre genre which may be ushering in a new phase in the prolific perfumer’s style. 

Over the course of our sessions, Bertrand often told me he’d been asked by many clients to steer away from his trademark weird notes, but also that he felt like doing “crazy accords” and that he hoped to convince his clients to accept them. Was he thinking about “Coeur de rhubarbe” and Aedes de Venustas when he said that? I caught him between his promotional jaunt to New York to launch the fragrance and a trip to Indonesia to source fair-trade materials, and asked him the question.

Bertrand Duchaufour: Yes, that was the period where I really wanted to do a different style of perfumery, by conceiving another type of accord which would also be a conceptual deconstruction of the accords I bring into play in perfumes. I’d made a few submissions to Aedes de Venustas: straight off, they picked the most deconstructed and the toughest to work on.

Denyse Beaulieu: What do you mean by deconstructed?

BD: In the initial accord, “Coeur de rhubarbe”, the rhubarb which is normally a top note was structured in such a way that it became completely vertical. When they [Karl Bradl and Robert Gerstner, the owners of Aedes de Venustas] selected it, I told myself I’d have to make sure to keep the rhubarb in the top, heart and base notes. That’s what I focused on. From the outset, the rhubarb accord was direct and powerful. It became more sophisticated over the development of the fragrance. I started out with a few very intense green notes and ended up with a dozen raw materials supporting the rhubarb over the course of the fragrance’s evolution.

DB: How did you “sophisticate” those green notes?

BD: I added hazelnut, green apple and ganja effects. I also ensured that vetiver, which wasn’t very present at the outset, would support the rhubarb accord: I strengthened it so that the woody, bitter, rooty notes of vetiver also became vertical, rising up from the base to the top notes.

DB: You’re focusing on the structure of the accord, but the craziest thing, to me, is how violent it is. It’s very incisive.

BD: You’re right. Rhubarb has green, metallic, sharp, acid effects: it’s not green like sap or of grass, which are more common in green top notes. Which makes it very incisive. The rhubarb note is like a green laser beam slicing through the entire structure of the perfume, from top to base notes. Like a very sharp knife slicing a chocolate cake. This creates an intense contrast between the dark incense chypre and the green rhubarb note. What’s crazy is that the green note seems to intensify over the development of the perfume. Vetiver boosts the green effects in the base notes because I made sure it developed bitter, rooty facets.

DB: So you’ve re-enlisted your old standby, incense!

BD: I re-enlisted incense because it’s Aedes de Venustas’s signature. They couldn’t imagine putting out a fragrance without incense: the first thing I did for them was inspired by Japanese incense. They wanted me to stay within that register, which might become the common denominator of their line.

DB: When I smell Aedes de Venustas, I think of the violence of spring. Something green that comes up through moist, black earth and tears it open when it bursts out.

BD: Yes, you could almost see shoots and roots piercing the earth. After all, vetiver is a root. I’ve managed to make that rooty effect emerge, push out from the inside, up from the base notes. The earthy effects are given by a pretty sophisticated chypre accord. Actually, that’s exactly it: it’s a violent spring.

Drop a comment and I’ll draw  10 preview samples of Aedes de Venustas Eau de Parfum.

Added 28/03: the draw is now closed.

Top illustration: Detail of Niki de Saint-Phalle's Nana Fountain, MAMAC, Nice

Aedes de Venustas, l'accord fou de Bertrand Duchaufour: interview et tirage au sort

Pendant plusieurs semaines au cours du développement de Séville à l’aube, une senteur verte, acide et incisive a imprégné le labo de Bertrand Duchaufour. Elle était parfois d’une telle puissance que nous devions aller travailler dans un café voisin. 

Cette senteur, c’était celle de Cœur de rhubarbe, l’accord central du parfum que Bertrand développait pour Aedes de Venustas, la boutique-écrin de parfumerie de niche située dans le West Village, à New York, qui éditera désormais sa propre collection après une première collaboration en partenariat avec L’Artisan Parfumeur.

Aujourd’hui, cette note insolite et fusante qui dominait toutes les odeurs du labo s’est mutée en réécriture radicale du chypre vert. Il se peut aussi qu’elle inaugure un nouveau style de parfumerie chez son prolifique auteur. Pendant que nous travaillions ensemble, Bertrand m’a souvent dit que certains lui demandaient de renoncer aux notes "imbitables", mais aussi qu’il avait quand même envie de faire des "accords fous". 

Songeait-il alors à Cœur de rhubarbe ? Je l’ai saisi au vol entre un voyage à New York pour le lancement d’Aedes de Venustas et un périple en Indonésie pour établir une filière de commerce équitable pour le patchouli afin de lui poser la question.

Bertrand Duchaufour : Effectivement, c’était l’aube de cette nouvelle période où je voulais vraiment changer de parfumerie en concevant un autre style d’accord dans lequel il y aurait en même temps une déstructuration conceptuelle des accords que je pouvais mettre en jeu dans le parfum.  J’avais proposé plusieurs accords à Aedes de Venustas : ils ont tout de suite choisi le plus déstructuré et le plus difficile à travailler.

Denyse Beaulieu : Qu'entends-tu par "déstructuré" ?

Bertrand Duchaufour : Déjà dans l’accord de départ, Cœur de rhubarbe, la rhubarbe qui est normalement une note de tête avait une structure telle qu’elle était complètement verticalisée. Quand [Karl Bradl et Robert Gerstner] ont retenu cet accord, je me suis dit qu’il faudrait faire en sorte de garder la rhubarbe en tête, en cœur et fond. J’ai focalisé tout le travail là-dessus. La rhubarbe, qui était directe et puissante dès l’accord de base, s’est sophistiquée durant toute l’évolution du parfum. De quelques notes vertes très présentes, je suis passé à un accord considérable fait de dix à douze matières premières qui étaient là pour soutenir la rhubarbe durant toute l’évolution du parfum.

DB : Comment a-tu sophistiqué ces notes vertes ?

BD : L’accord s’est sophistiqué par des effets de noisette, de vert de pomme et de ganja. J’ai fait en sorte aussi que le vétiver, qui était peu présent au départ, puisse soutenir tout l’accord de rhubarbe : je l’ai renforcé de façon à ce que les notes boisées, amères, racinaires du vétiver se verticalisent du fond jusqu’aux notes de tête.

DB : Tu parles de la structure de cet accord, mais ce qu’il a de plus fou pour moi, c’est sa violence. C’est très tranchant.

BD : Effectivement, la rhubarbe a des effets verts métalliques acides, acidulés, qui ne sont ni des odeurs de sève, ni des effets de gazon tels qu’on les joue en général dans les notes de tête vertes. Ce qui fait que c’est très tranchant. La note rhubarbe, c’est comme un laser vert qui vient trancher toute la structure du parfum, des notes de tête aux notes de fond. Comme un couteau très tranchant qui vient couper un gâteau au chocolat. Ce qui crée une dualité exacerbée entre le chypré sombre de la note encens et le vert de la note rhubarbe… Ce qu’il y a de fou, c’est que la note verte semble se développer avec le temps. Le vétiver accentue presque les effets verts en fond, parce que j’ai fait en sorte qu’il donne des effets amers et racinaires.

DB : Et tu as rempilé sur l’encens !

BD : J’ai rempilé sur l’encens parce que c’est la signature d’Aedes de Venustas. Ils n’imaginaient pas faire un parfum sans encens : le premier truc que j’ai fait pour eux, en co-branding avec L’Artisan Parfumeur, était inspiré par des encens japonais. Ils voulaient que je reste dans ce registre, qui sera peut-être le dénominateur commun de tous leurs parfums.

DB : Aedes de Venustas, pour moi, c’est une impression de printemps violent. Quelque chose de vert qui remonte par le noir humide de la terre et la déchire en sortant. 

BD : En effet, on pourrait presque parler de ces pousses, de ces racines qui viennent percer la terre. Le vétiver, il ne faut pas oublier que c’est une racine. J’ai fait en sorte que cet effet racinaire émerge, pousse de l’intérieur, du fond. Les effets de terre sont donnés par un accord chypré assez sophistiqué. En fait, c’est ça, exactement : un printemps violent. 

Laissez un commentaire et je tirerai au sort 10 gagnants qui pourront découvrir en avant-première Aedes de Venustas Eau de Parfum.

Ajouté 28/03: le tirage au sort est maintenant terminé.

Illustrations: Nana de Niki de Saint-Phalle et flacon d'Aedes de Venustas

mercredi 21 mars 2012

The Perfume Lover / Séville à l'aube preview samples: the winners of the draw

Trying to get a cat to pick ten bits of paper isn’t the easiest task. Taking a picture of her while shoving them around to attract her attention when she’d rather be chasing flies is impossible… So here is Miss Jicky, the rather uncooperative picker of winners, in a more Hollywoodian pose.

The winners of the 10 preview samples of Séville à l’aube by Bertrand Duchaufour for L’Artisan Parfumeur are :

Katy McReynolds
Scent & Chemistry
Shelley W

Please send you contact details and proof of purchase (invoice or picture of the book) to graindemusc at gmail dot com.

Thank you all for participating and even more for buying the book. For those of you who didn’t win, I’ll certainly organize another draw later on when I’m sent extra samples.

lundi 19 mars 2012

Francis K. goes HollywOUD

Francis Kurkdjian has a half-dozen of us squeezed into his tiny, sparely chic Maison Francis Kurkdjian Parisian boutique on the rue d’Alger.Today, he is presenting his brand-new scent. An oud. Now, he knows that we know that oud isn't a trend so much as a geyser. So why has he, an independent with his very own perfume house, chosen to work on it?

He was asked to, plain and simple, he finally admits -- even an independent perfume house has got its financial backers, and the Middle-East is still the market to court. The tricky bit for Francis K. wasn't so much that he was asked to work on a specific product, since that's what perfumers do throughout their career. It's that he never uses a raw material to spark off his inspiration: he starts off with a story or a person. So that his Oud had to be reverse-engineered into a story – visions of Lawrence of Arabia; of a “gold and marble palace” in the dunes; of pyramids in sandstorms. As a nod to the the fact that he was deliberately indulging in a Oriental fantasy, he gave his perfume-in-progress the tongue in cheek working title “Hollywoud”. 

He finally opted for just plain “Oud”,  he explains, because he wanted to claim oud both as part of the perfumer’s palette – he calls it “the ambergris of the 21st century” – and as a genre, just as Guerlain or Carven claimed vetiver in the 1950s. Which meant extracting oud from the French-Arabian family designed to court the Middle-Eastern market – since he’d already done rose-patchouli in the his-and-hers Lumière Noire, the classic oud-rose accord wasn’t an option anyway. Taming it. Reinventing it in his own idiom. Teaching it to speak French.  

As a result, Kurkdjian admits his Oud isn’t quite hairy-chested enough to appeal to the Middle-East though, unlike most Western fragrances built around the theme, it does contains the real stuff.  He says he wanted to treat it in watercolour tones, so he’s shorn it of the smelly-shoe, badly cured goatskin rug facets oud can sometimes give off. His palace-in-the-dunes vision suggested golden, silky textures, which he achieved by stretching out his oud on a wooden frame. The “strawberry jam and warm wood jam” effects of Atlas cedar wood act horizontally, while patchouli forms the vertical axis. The zesty, peppery elemi resin adds shimmer to the top notes – the vibrancy of minute sand grains blowing in the wind. The spicy shimmer is picked up by saffron, which bolsters the leathery facet of oud with its own. A drop of vanilla adds comfort and blends with oud’s naturally honeyed tinge, reminiscent of civet…

Maison Francis Kurddjian Oud achieves what its author intended, with leathery, animalic nuances that bring out the more elegant facets of its core material – more of a desert wind blowing into a fine-spun veil than hardcore olfactory exotica, and considerably tamer than the after-hours Absolue pour le Soir. In fact, this may well be an oud for the oud-averse, or for people with a yen for delicate, oriental leather scents.

Francis Kurkdjian rêve d'HollywOUD

L’oud[i] n’est plus une vogue mais un geyser… Et Francis Kurkdjian, qui accueille les journalistes dans sa ravissante petite boutique parisienne de la rue d'Alger pour leur présenter sa nouvelle création, le sait tout aussi bien que ses interlocuteurs. Pourquoi donc s'orienter vers cette note après tous ses camarades alors qu'il a le luxe inouï de diriger sa propre maison?

S’il a fait un oud, avoue-t-il, c’est en fait parce qu’on le lui a demandé (même un parfumeur indépendant peut avoir des partenaires en affaires). Le problème n'était pas tant, d'ailleurs, qu'on lui donne une orientation, puisque c'est le quotidien des parfumeurs tout au long de leur carrière, mais de démarrer sur une matière première, alors qu'il part toujours d'une histoire, d'une ambiance ou d’une « muse ». Il a donc dû rétropédaler pour se l’inventer, son histoire d’oud, en convoquant des rêves de palais en marbre et en or dans les dunes, de pyramides dans les vents de sable, de Lawrence d’Arabie… 

En guise de clin d’œil ironique à ce fantasme d’Orient assumé – bien que par ses racines arméniennes il n’y soit pas entièrement étranger – il a baptisé son parfum-en-devenir « Hollywoud ». Puis, au finish, Oud tout court, tout nu, parce qu’il n’avait aucune envie de l’affubler d’une épithète exotique mais plutôt de poser cette note, qu’il appelle « l’ambre gris du 21ème siècle », « comme Guerlain ou Carven ont posé le vétiver ». Ce qui impliquait de l’exfiltrer du style French-Arabian destiné à courtiser les pétrodollars. De toute façon, comme il avait déjà donné dans la rose boisée avec ses Lumière Noire pour Femme et pour Homme, il n’était pas question de rempiler avec un accord rose-oud… Pour s’approprier la note dans cet exercice imposé, « l’accueillir comme un nouvel acteur charismatique dans ma palette », il lui fallait dompter les « contours un peu sauvages » de la matière première. Lui enseigner à parler la langue de la parfumerie française, telle qu’il la pratique.

Du coup, avoue Francis K., son oud n’est sans doute pas de ceux qui plairont au Moyen-Orient (« pas assez fort, mon fils ») bien que, contrairement à la plupart des produits occidentaux qui revendiquent la note, son Oud en contienne réellement. Il explique avoir voulu le traiter en aquarelle. Il l’a donc dépouillé de ces facettes vieille chaussure ou tapis en peau de biquette retour de Marrakech qu’on retrouve souvent dans les ouds des parfumeurs moyen-orientaux. Son rêve de palais dans un vent de sable suggérait des textures dorées, fauves et soyeuses. Il a donc allégé son oud en le tendant sur un cadre en bois. Sur l’axe horizontal, un cèdre Atlas aux nuances « confiture de bois chaud », presque « confiture de fraise ». À la verticale, travaillant en tête-cœur-fond, un patchouli. La résine d’élémi, zestée et poivrée, ajoute de la vibrance aux notes de tête ; ses facettes épicées sont relayées par le safran, qui renforce les accents cuirés de l’oud. Un fond de vanille ajoute du confort aux effets miellés, un peu civette, que dégage naturellement l’oud.

Au final, l’Oud de la Maison Francis Kurkdjian traduit parfaitement les intentions de son auteur : ses délicates nuances cuirées et animalisées jouent avec une grande légèreté sur les aspects les plus élégants de la note – vent du désert soufflant dans un voile finement tissé plutôt que selle de caravanier. Nettement moins fauve que son Absolue pour le Soir aux relents d’after-hour hardcore, cet Oud pourrait parfaitement séduire ceux qui auraient une aversion pour la note, ou les amateurs de cuirs orientalisants…

[i] Vous l’aurez peut-être remarqué, je n’écris pas « le oud », mais « l’oud ». Dès le moment où ce matériau intègre le langage des parfumeurs français, il n’y a aucune raison pour qu’il n’obéisse pas aux règles de la grammaire.

jeudi 15 mars 2012

The Perfumer Lover launches today: buy the book, win a sample of Séville à l'aube

The Perfume Lover is now available in UK bookstores. If you’ve pre-ordered it on Amazon you should be receiving your parcel shortly. To order it now at a special promotional price, click here.

Since Séville à l’aube, the fragrance that goes with the book, won’t be available until late July, HarperCollins has given me ten of the preview samples sent to journalists and bloggers for a very special prize draw.

So if you’ve bought the book, you can enter the draw and discover L'Artisan Parfumeur's next launch by Bertrand Duchaufour four months before it hits the shelves.

To participate, please leave a comment and if your name is drawn, I'll ask you to email your proof of purchase along with your contact details at graindemusc at gmail dot com.

The draw will be open until March 20th. I will announce the winners on the 21st

Picture courtesy of Nathan Branch, all rights reserved 2012.

dimanche 11 mars 2012

Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes by Ralph Schwieger for État Libre d'Orange

“This is the golden eye that reflects beauty and conflict, rapture and pain…”
The copy for Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes on État Libred’Orange’s website drops a hint of the scent’s former name – an oblique reference to John Houston’s Reflection in a Golden Eye, based on Carson McCullers’ eponymous novel. The golden eye is that of a peacock painted by Anacleto, the artistically inclined Filipino houseboy-caretaker-companion of Julie Harris’s character.  

But the most obvious Filipino narrative here would seem to be gastronomical. Ginger, coriander leaves, lime, shiso, bergamot, coconut, rice, cardamom, jasmine, cinnamon: half the notes listed for the “Son of God, Rice and Citrus” sound as though they should be served up with chopsticks and a tea bowl. Fortunately, they don’t smell that way. Ralph Schwieger, who signed Eau des Merveilles and Lipstick Rose, may have a yen for oriental cuisine, but clearly he’s studied it closely enough to tug the ingredients towards the vocabulary of perfumery. In fact, every one of those notes (even rice which popped up in Kenzo Amour and Ormonde Jayne Champaca) does belong to the perfumer’s palette. 

Schwieger’s sense of humor, spurred on by État Libre d’Orange’s trademark irreverence, has been to put them together and translate them into something that belongs on skin; that even conjures the skin of a person who’s been handling fresh, tangy herbs and citrus fruit in a sun-drenched kitchen, then cut some flowers in the garden (a similar olfactory sleight-of-hand was performed by Mathilde Bijaoui in the mandarin, carrot, ginger and pumpkin Like This). 

The trick here is to tease out the secret connections between food and flowers, conjuring jasmine out of coconut via their common lactonic character, or the affinities of rice and roses (underlined by Jean-Claude Ellena in his Journal of a Perfumer) – after a sparkling, citrusy-savory opening, the latter dominates a milky-powdery heart, anchored by a soft, musky-leathery base.

Whatever the name on the label, Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes is a strikingly original, subtly playful scent, and proof that Ralph Schwieger, as well as État Libre d’Orange, are creative forces to be reckoned with: they’re believers.

Illustration: Ifugao rice god

Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes de Ralph Schwieger pour État Libre d'Orange

« C’est l’œil d’or qui reflète la beauté et le conflit, l’extase et la douleur… »
Le texte de présentation (anglais) du Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes sur le site d’ÉtatLibre d’Orange fait une allusion voilée à l’ancien nom de la fragrance, via une référence au Reflets dans un œil d’or de John Huston, tiré du roman éponyme de Carson McCullers. L’œil d’or en question est celui d’un paon peint par Anacleto, le majordome, compagnon et soignant philippin du personnage de Julie Harris dans le film.

Mais si l’on peut tirer un fil narratif de Manille au flacon, ce serait plutôt par la cuisine qu’il passerait. Gingembre, feuilles de coriandre, limette, shiso, bergamote, noix de coco, riz, cardamome, jasmin, cannelle : en apparence, la moitié des notes du Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes auraient plutôt leur place dans un bol que sur une coiffeuse. Heureusement, ce n’est pas le cas. 

Si Ralph Schwieger, qui a signé l’Eau des Merveilles d’Hermès et Lipstick Rose chez Frédéric Malle, est amateur de cuisine asiatique, il y a assez mis le nez pour traduire ses ingrédients dans le vocabulaire de la parfumerie. D’ailleurs, chacune de ces notes (même le riz, qui figure notamment dans Kenzo Amour et Champaca d’Ormonde Jayne) appartient bel et bien à la palette du parfumeur. Le trait d’esprit de Ralph Schwieger, certainement encouragé par l’irrévérence d’État Libre d’Orange, est de les rassembler pour en faire non seulement une odeur qui se marie à la peau, mais une évocation de la peau : celle d’une personne qui aurait manié herbes aromatiques et agrumes dans une cuisine ensoleillée, avant de sortir cueillir une brassée de fleurs (Mathilde Bijaoui avait réalisé un tour de passe-passe olfactif du même type avec l’accord mandarine, carotte, gingembre et potiron de Like This).

Le tour de passe-passe en question consiste à déceler les affinités secrètes des aliments et des fleurs ; à faire surgir un jasmin d’une noix de coco via leurs lactones, ou une rose d’un bol de riz via l’alcool phényle éthylique (si l’on en croit Jean-Claude Ellena dans Journal d’un parfumeur). De sorte qu’après des notes de tête fusantes, c’est la rose qui domine un cœur lacté-poudré, ancré par un fond musqué et un accord cuiré plutôt daim.

Quel que soit son nom, Fils de Dieu, du Riz et des Agrumes est un parfum d’une grande originalité, subtilement enjoué, qui augure bien de la collaboration de Ralph Schwieger avec État Libre d’Orange : ces gens-là ont le feu sacré.

Illustration: Dieu du riz Ifugao, Philippines

vendredi 9 mars 2012

Voyage en Olfactie à la Cité des Sciences

Le 17 mars, la Cité des Sciences et de l’Industrie de La Villette propose une série de conférences dans le cadre de sa journée thématique « Voyage en Olfactie ».

10.30 : L’odorat, sens du futur 
Annick Le Guérer, philosophe et anthropologue, spécialiste de l’odorat et des parfums
Les liens étroits de l'odorat avec l'intuition, l'émotion et la sensualité lui permettent d'envisager un avenir plein de promesses.

11.15 : Comment l'odeur monte au cerveau
 Roland Salesse de l’INRA, coordinateur national de la Semaine du Cerveau pour la Société des Neurosciences
Grâce aux récepteurs olfactifs, notre nez est sans doute l'étalon-or des analyseurs chimiques, capable de "sentir" des dizaines de milliers d'odeurs avec une sensibilité exquise et une réponse immédiate.

12.00 : Des nouveaux nez intelligents : les nez bioélectroniques
Edith Pajot, directrice de l’unité NOeMI, INRA, Jouy-en-Josas
Comment fonctionnent les nez artificiels ? A quoi servent-ils ? Quels sont les enjeux de la mise au point des derniers nez : les nez bioélectroniques ?

14.30 : Les Clowns parlent du nez
 De et par les Scientaisistes de la Comédie des Ondes : Anne Rougée, Xavier Gauthier, Jean-Philippe Corteville. Mise en scène: Eliane Le Van Kiem.
Un spectacle sur l'olfaction conçu en résidence au laboratoire de Neurobiologie de l'Olfaction de l'INRA, sous la forme d'une parodie d'enquête policière... Confronté à un crime, un trio clownesque mène l’enquête en procédant à l’analyse scientifique des molécules odorantes dégagées par la victime… une banane sauvagement écrasée !

15.00 : Peut-on penser une odeur ?
Moustapha Bensafi, neurobiologiste au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, équipe Neuroplasticité et neuropathologie de la perception olfactive, CNRS, Université de Lyon 1, Inserm, Bruno Daucé, maître de conférences à l’Université d’Angers, spécialiste du marketing olfactif et Jane Plailly, neurobiologiste au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, équipe Olfaction : du codage à la mémoire, CNRS, Université de Lyon 1, Inserm

16.30 : Menés par le bout du nez, expériences olfactives
Jane Plailly et Moustapha Bensafi

Entrée gratuite, réservation conseillée :

Textes et image repris du site de la Cité des Sciences