vendredi 31 juillet 2009

The 2 New Parfums d'Empire: 3 Fleurs + Wazamba

The Moroccan-born Corsican Marc-Antoine Corticchiato has always seemed to me to be in a slightly awkward position: he often draws his inspiration from the same Mediterranean/Arabian pool as Serge Lutens, and his first launches followed a similar trail, with Cuir Ottoman echoing Cuir Mauresque and Ambre Russe apparently a variation on Ambre Sultan.

Which isn’t to say Corticchiato doesn’t have a style of his own. He does, and it packs quite a punch: a clear statement of intent against the shower-fresh, the candy-sweet and the wimpy florals of the mainstream.

His new 3 Fleurs is just such a scent. Corticchiato goes Joy one better and adds tuberose to an already fierce jasmine-rose pairing. The result is the olfactory equivalent of the Three Tenors, with a trio of full-bodied divas trilling away. Somehow 3 Fleurs doesn’t devolve into a shrieking contest, as the three flowers are adroitly spliced together by their green facets, through galbanum and mint: you might call the hybrid tuberosmin. A cocktail of musks anchors the whole production together. Big, bold and brashly romantic.

Wazamba sounds like one of the inter-titles in the original 60s Batman series, along with “wazoom” and “kerpow!”, but the Parfums d’Empire press kit helpfully tells us that it is “a sistrum used in the rituals of West Africa”, with a “heavy sound, full and deep”. So much for superheroes…

Once more, this incense/conifer combo comes hot on the trail of Lutens’ two latest takes on resins, Serge Noire and Fille en Aiguilles, but I find it more wearable because, oddly for Corticchiato who has a bent for saturated notes, Wazamba is rather soft and meditative.

It starts off with a shot of pure olibanum incense propelled by aldehydes then quickly takes on an oddly edible, savory quality with its balsamic blend: the myrrh gives off its faint touch of mushroom amidst its licorice and cinnamic facets, further intensified by apple. The incense note acts as the backbone for the various facets to unfold: cistus labdanum and opoponax dominate in the middle stage; green-earthy cypress and fruity fir balsam take over in the drydown.

Wazamba doesn’t really feel like a perfume, or rather, it feels like perfume drawn back to its primary meaning, per-fumare: precious resins and woods burnt in offering to the gods.

It is the smoke of this offering that impregnates the skin: as though you’d spent hours in some syncretic African/Indian/Arabian temple.

As Parfums d’Empire has been generous in the samples it sent me, I’ll doing a draw of 4 pairs of 2 ml decants. Just drop a comment if you’d like to participate, and Jicky the Siamese might pounce on your name…

The draw is now closed.

Image: Irving Penn, The Hand of Miles Davis, New York, 1986.

Les Nouveaux Parfums d'Empire: 3 Fleurs + Wazamba

Marc-Antoine Corticchiato, Corse né au Maroc, m’a toujours semblé occuper une position délicate dans le paysage de la parfumerie : il tire souvent son inspiration du même univers méditerranéen/arabe que Serge Lutens, auquel ses premiers lancements faisaient nettement écho (Cuir Ottoman après Cuir Mauresque, Ambre Russe après Ambre Sultan…).

Ce qui ne signifie pas pour autant que Corticchiato n’ait pas un style personnel. Au contraire : ses puissantes potions sonnent comme une declaration de guerre aux jus propres, sucrés ou mollement floraux du mainstream.

C’est particulièrement le cas de son tout nouveau 3 Fleurs. Corticchiato joue ici la surenchère en ajoutant la tubéreuse au duo rose-jasmin de Joy. Le résultat est un peu l’équivalent olfactif des Trois Ténors : un trio de divas vigoureuses qui lancent leurs trilles à pleine voix. Heureusement, 3 Fleurs ne virent pas au crêpage de chignon, car les trois fleurs en question sont adroitement mises en harmonie par leurs facettes vertes, grâce à un accord galbanum et menthe. Comment nommer cet hybride ? Tuberosmin ? Un cocktail de muscs ancre cette production à grand spectacle. Grandiose, audacieux et foncièrement romantique.

Wazamba, késaco ? Le dossier de presse de Parfums d’Empire fournit la clé de l’énigme, en précisant qu’il s’agit d’un « sistre utilisé dans les rituels de l’Afrique occidentale » aux « sons lourds, pleins et profonds ».

De nouveau, cet accord encens/conifères semblent marcher sur les brisées de Serge Noire et Fille en Aiguilles de Lutens, mais je le trouve plus facile à porter que ces derniers car, curieusement pour Corticchiato qui – normal quand on s’appelle Parfums d’Empire – sort souvent la grosse artillerie olfactive, Wazamba est un parfum assez discret et méditatif.

Propulsée par les aldéhydes, la première bouffée est une fusée d’encens, à laquelle succède une harmonie de baumes étrangement savoureuse, presque gustative : la myrrhe déploie ses facettes réglisse, cannelle et champignon, intensifiées par la pomme. L’encens charpente la composition d’un bout à l’autre, et c’est autour de lui que s’enroulent les autres notes : le ciste labdanum et l’opoponax dominent leur cœur ; un cyprès vert et terreux et un baume de sapin fruité leur succèdent dans les notes de fond.

Wazamba n’est pas tant un parfum que l’évocation du sens premier du parfum, per-fumare : résines et bois précieux brûlés en hommage aux dieux.

C’est la fumée de cette offrande qui imprègne la peau – comme si l’on avait passé des heures dans un temple syncrétiste africain/arabe/indien…

Comme Parfums d’Empire m’a fait parvenir une quantité généreuse d’échantillons, je tire au sort 4 paires de décants de 2ml. Commentez si vous souhaitez participer, et Jicky la Siamoise choisira peut-être votre nom d’une patte seal-point…

Le tirage au sort est maintenant terminé.

Image : Fumée d'encens par Mehmet Özgür.

vendredi 24 juillet 2009

Private Collection Jasmine White Moss by Estée Lauder: Holographic Chypre

Restrictions on oak moss, public disaffection and the hijacking of the name by P.R. departments to label juices that are anything but… We’ve all but buried chypres by now, haven’t we?

Most classics have either undergone a full-body lipo and chemical peel like Mitsouko, or they’ve been castrated like Miss Dior. Newer family members sport various surgical enhancements – like Tom Ford’s trout-pouting, silicone-breasted and rather delightful Arabian Wood, a misnomer if there ever was one, as it is neither Arabian nor woody. Or else they seem to have succumbed to over-breeding, like the no less delightful Jubilation 25 by Amouage, with its baroque cumin and balsam overdose.

Enter Estée Lauder’s new Private Collection Jasmine White Moss, a Seventies style green chypre with a fruity bent, meant to be one of Estée’s undeveloped formulas and thus, perhaps, a move to anchor the brand in its own heritage. And, possibly, a bid to seduce older, chypre-literate demographics without scaring off the young women who are graduating out of the fruity florals. As an added bonus, a new captive material, “white moss mist”, is introduced to replace oakmoss and usher in the era of the rash-free chypres.

Spraying on Jasmine White Moss is an odd exercise in déjà-senti.

Cristalle? Check. The original Private Collection? Check. L de Lubin, Acqua di Parma Profumo (pre-reformulation), Azzaro (again pre-reformulation), Givenchy III, Diorella ? Check. It’s got bergamot, it’s got galbanum, it’s got jasmine, it’s got that slightly over-ripe fruity, melon-like note you find in classic Roudnitskas, as well as the ubiquitous, cleaned-up patchouli used in most of what’s currently labeled “chypre”.

And like all three of the new Private Collections – think of Tuberose Gardenia’s tamed shrews – this neo-retro chypre has been cleaned up, thoroughly groomed and spayed of anything remotely earthy, musty, indolic or otherwise disturbing. Thoroughly Americanized – no offense intended to Americans: I’m talking about the concept, not the actual, diverse individuals. And that’s what PCJWM is: the concept of chypre, rendered IFRA-compliant and palatable to contemporary tastes; the spirit but not the flesh. As noncommittally lovely as a rom-com star – and don’t get me wrong, PCJWM is very pretty indeed, though somewhat pallid and lacking in staying power. She’s just not Romy Schneider or Jacqueline Bisset.

I guess what mostly bothers me about Jasmine White Moss, despite its loveliness, is the fact that it doesn’t bring anything new to the genre: it just reminds me of a lot of things I love and have lost.

This is how chypre will be allowed to live on, then: as a hologram. This is as good as it gets.

Image: Kate Moss "hologram" from Alexander McQueen's Fall 2007 show. Which isn't actually a hologram, but a special effect used by magicians since the 19th century called Pepper's Ghost. It's all done with mirrors, folks!

Private Collection Jasmine White Moss d'Estée Lauder : Chypre Holographique

Les restrictions sur la mousse de chêne, la désaffection du public et le détournement du nom par les services de presse pour étiqueter des jus qui n’ont rien à voir… Les chypres sont pratiquement enterrés.

La plupart des classiques ont subi une liposuccion assortie d’un peeling chimique, comme Mitsouko, ou une castration pure et simple, comme Miss Dior. Les nouveaux membres de la famille affichent des seins siliconés et des lèvres gonflées au collagène comme le formidable Arabian Wood de Tom Ford – particulièrement mal nommé puisqu’il n’a rien d’arabe et pas grand-chose de boisé. Ou alors, des symptômes manifestes de consanguinité, comme le tout aussi délicieux Jubilation 25 d’Amouage, avec son overdose baroque de cumin et de baumes.

Et voici qu’entre en scène le nouveau Private Collection Jasmine White Moss d’Estée Lauder, un chypre vert Seventies aux accents fruités, censé être une formule d’Estée récupérée dans ses archives et, partant, un point d’ancrage de la marque dans son patrimoine. On peut éventuellement y voir une volonté de séduire une tranche démographique plus âgée d’initiées au chypre, sans faire fuir des jeunes femmes prêtes à larguer les floraux fruités. Avec, en prime, un nouveau matériau captif, le « white moss mist » (« brume de mousse blanche ») destiné à remplacer la mousse de chêne et à affranchir les chypres de tout soupçon de prurit.

La première bouffée de Jasmine White Moss suscite une curieuse impression de déjà-senti.

Cristalle ? Présent ! Le premier Private Collection? Présent ! L de Lubin, Acqua di Parma Profumo (pré-reformulation), Azzaro (aussi pré-reformulation), Givenchy III, Diorella ? Présents. Bergamote, galbanum, jasmin ; cette note de fruit un peu blet qu’on retrouve dans les Roudnitska, ainsi que l’omniprésent patchouli pasteurisé qui se substitue désormais à la mousse de chêne… Tout est là.

Comme les deux autres Private Collection – songez aux deux mégères apprivoisées de Tuberose Gardenia – ce néo-rétro chypre a été nettoyé, toiletté, et amputé de tout ce qui pouvait déranger. Totalement américanisé – je ne parle pas là, bien entendu, des Américains eux-mêmes dans leur diversité, mais du concept d'américanité, sain et hygiénique. Et voilà ce qu’est, en fin de compte, Jasmine White Moss : un concept de chypre, conforme aux normes de l’IFRA et adapté aux goûts contemporains ; l’esprit, mais pas la chair. Aussi banalement ravissant qu’une star de comédie romantique – et qu'on ne s'y méprenne pas Jasmine White Moss est vraiment très agréable, bien qu’un peu pâlichon et d'une tenacité médiocre. Disons que ce n’est pas Romy Schneider ou Jacqueline Bisset.

Je pense que ce qui m’ennuie le plus dans Jasmine White Moss, malgré sa joliesse, c’est qu’il n’apporte rien de nouveau au genre : il s’en tient à me rappeler beaucoup de parfums que j’aime et que j’ai perdus.

C’est donc ainsi que le chypre survivra désormais : sous forme d’hologramme. Il faudra s’en contenter.

Private Collection Jasmine White Moss est déjà lancé aux USA, mais aucune date de sortie n'est encore précisée pour la France.

Image: Hologramme de la princesse Leia dans La Guerre des Étoiles.